Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Entretiens avec Olivier Audibert-Troin et Maria Claverie-Ricard suite à la réouverture du Théâtre de Draguignan

Un théâtre au cœur de la cité

Entretiens avec Olivier Audibert-Troin et Maria Claverie-Ricard suite à la réouverture du Théâtre de Draguignan - Zibeline

Le Théâtre de Draguignan a été rénové et ouvre un espace d’exposition permanent.

Collectivité responsable

Olivier Audibert-Troin, président de la Communauté d’agglomération de Dracénie, explique ses engagements auprès des habitants.

Zibeline : Le Théâtre du centre-ville de Draguignan a été magnifiquement rénové, et rebaptisé Théâtre de l’Esplanade. Pourquoi cet investissement ?

Olivier Audibert-Troin : Et bien, parce que nous nous devons, comme toute collectivité responsable d’un établissement public, de l’entretenir ! La dernière rénovation datait de plus de 20 ans, et ce théâtre reçoit entre 30 et 40 000 spectateurs, il avait besoin d’un peu de fraîcheur, et d’une mise aux normes, en particulier pour les personnes à mobilité réduite. De plus de confort, en termes de sièges, de vestiaires, de sanitaires…

La rénovation va bien au-delà d’aménagements de confort !

Oui, elle met aussi en place de nouveaux usages : le hall est transformé en salle d’exposition permanente, ouverte toute la journée, sur le boulevard principal de la ville. Avec un espace de restauration. Le théâtre se retrouve au cœur de la cité.

Cet investissement de 3,2 millions a été assumé par la communauté dracénoise ?

Pour plus de deux tiers, le département du Var et l’État ayant apporté 300 000 euros chacun, et la Région 360 000.

Cela dénote un engagement fort pour la culture.

Oui, c’est un domaine dans lequel il faut investir. Pour les habitants. En 2012 nous avons refait une partie du Musée des arts et traditions populaires. Et en 2014 nous avons ouvert le Pôle Chabran, un équipement de plus de 30 millions d’euros. Qui regroupe notre médiathèque qui reçoit près de 1000 visiteurs par jour, le Conservatoire qui est passé de 450 à plus d’un millier d’élèves, une Artothèque qui prête 600 œuvres contemporaines aux habitants, et les Archives départementales. Oui, la communauté d’agglomération dracénoise affiche une volonté d’ouvrir la culture sur la cité, en permettant avant tout la pratique artistique à tous. En particulier aux jeunes, en partenariat avec l’Éducation Nationale, mais pas seulement.

Le pôle Chabran comporte également une salle de 300 places. Comment est conçue sa programmation ?

En complémentarité avec celle du Théâtre de l’Esplanade, qui est une scène conventionnée pour la danse et dès l’enfance, avec une programmation de grande qualité et d’une vraie exigence. L’auditorium Chabran est naturellement conçu pour la musique, classique et du monde. Nous avons aussi développé une programmation de comiques, et on accueille des stars mais aussi des débutants.

Cette complémentarité se concrétisera bientôt par une billetterie commune en ligne, un système de réservation en ligne qui facilitera encore l’accès de tous à ces équipements, qui sont les leurs.

Une directrice heureuse

Maria Claverie-Ricard, directrice de Théâtres en Dracénie depuis 2015, nous confie sa satisfaction et parle de ses projets.

Zibeline : Votre théâtre flambant neuf a rouvert ses portes le 19 octobre. Cette rénovation correspond-elle à vos souhaits ?

Maria Claverie-Ricard : C’est un immense soulagement ! Il faut dire qu’il pleuvait sur les spectateurs. Ce bâtiment conçu dans les années 70 n’avait jamais été rénové, et en plus il manquait singulièrement de convivialité, le hall avait un aspect blockhaus un peu stalinien…

Avez-vous participé à l’élaboration de cette rénovation ?

J’y ai été associée tout du long, depuis la conception jusqu’aux travaux. Et dans le choix du restaurateur, qu’on aime beaucoup, avec un vrai projet de café culturel. On ne peut être que satisfaits ! Il n’y avait pas d’alternative : soit on rénovait, soit on fermait. Mais, il faut le souligner, la rénovation est particulièrement réussie.

Votre projet artistique en est-il changé ?

Non, notre association dirige la scène, qui est une scène conventionnée par l’État, avec un projet sur quatre ans. Qui arrive à son terme d’ailleurs : au 31 décembre notre conventionnement « dès l’enfance et pour la danse» évoluera dans le cadre des nouveaux conventionnements « Art et Création ». Avec toujours un axe fort vers le jeune public, une présence dans le territoire dracénois par des spectacles décentralisés, et une attention particulière à la danse. On inaugure d’ailleurs la nouvelle salle le 6 novembre avec Allegria de Kader Attou. Symbolique ! il faut ouvrir les portes, et être dans l’allégresse et la joie !

Entretiens réalisés par AGNÈS FRESCHEL
Octobre 2018

Théâtre de l’Esplanade
Boulevard Clémenceau, Draguignan
04 94 50 59 59
theatresendracenie.com

Photo : Théâtre de l’Esplanade -c- Communauté d’agglomération dracénoise