Le tout nouveau Théâtre de la Joliette, ancienne Minoterie

Tout sent l’ouverture

• 28 septembre 2013⇒5 octobre 2013, 8 octobre 2013⇒12 octobre 2013 •
Le tout nouveau Théâtre de la Joliette, ancienne Minoterie - Zibeline

Mais qu’il est beau ce théâtre ! et fidèle à notre Minoterie !

Il y avait dans le bâtiment des minotiers une ambiance particulière, faite d’une convivialité véritable, d’un partage des pratiques, d’un amour ébaubi des textes. L’accueil du nouveau Théâtre de la Joliette, ouvert sur la mer et la place publique, avec ses murs tapissés de livres, son puits de lumière, restitue parfaitement ce qu’on croyait perdu. Et ouvre d’immenses voies aux possibles : la salle de 280 places est belle, confortable, fonctionnelle, modulable, équipée. L’autre, nue et violette, permet toutes les formules des petites salles. Partout des endroits pour répéter, des coursives pour circuler, des recoins. Le travail des architectes est remarquable, parce que Guillaume Beccaria et Nicolas Masson ont compris ce dont les gens de théâtre ont besoin et que l’accueil du public pourra se faire à toute heure, autour d’un verre, d’un grignotage, d’un atelier, d’une forme impromptue, d’un livre, d’une conversation.

Le théâtre de la Joliette est donc une Minoterie embellie, agrandie. Les directeurs Pierrette Monticelli et Haïm Menahem sont prêts à poursuivre leur travail précieux d’accueil et de suivi des compagnies régionales, de bibliothèque dramatique sans égale (prêt et consultation d’œuvres éditées et de manuscrits), de dialogue avec le quartier, les écoles et les habitants, avec ceux qui travaillent. Pour cela les compagnies en résidence y feront des ateliers d’écriture et de jeu, des interventions surprises. Les minotiers -ce nom leur restera- se préoccupent aussi de concevoir un temps pour les très jeunes compagnies, parce qu’ils ont longtemps expérimenté les bouts de ficelle, et n’en sont pas aigris.

Évidemment il y aura aussi des spectacles. Ceux des compagnies régionales associées (sur deux ans : Xavier Marchand et sa cie Lanicolacheur, Alexandra Tobelaim et son Tandaim, les Cartoun Sardines, et la Cie provisoire des deux directeurs), mais aussi d’autres fidèles de la danse ou de la musique, du Bamboo Orchestra à Geneviève Sorin. Les directeurs ont aussi prévu des spectacles «locomotives», susceptibles de faire venir un nouveau public. Mais dans la même exigence esthétique ! Peter Brook, Trisha Brown Dance Company, Guy Cassiers viendront pour la première fois à Marseille…

Trop beau pour être vrai ? On espère que non. Si la construction du bâtiment a été financée (Ville de Marseille, Euromed, Conseils Général et Régional), les subventions permettant de faire fonctionner un tel lieu ne sont pas au rendez-vous. La première année est financée grâce à des coproductions de MP2013, mais 2014 sera périlleux. En effet la Ville a augmenté son financement (de 360 000 € en 2012 à 510 000 € en 2013) mais le CR reste à 55 000 depuis 10 ans, le CG à 160 000 depuis aussi longtemps. Quant à L’État, son conventionnement est passé de 80 000 € à 55 000 € en 2011, et n’a pas bougé depuis. L’ensemble des subventions, à peine supérieur à ce que la Minoterie avait, ne saurait suffire à ce nouvel équipement, à cette équipe qui a dû s’étoffer en engageant en particulier un directeur technique et une personne pour la billetterie. Il serait vraiment dommage qu’un tel équipement tourne à bas régime faute de carburant !

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2013

Au programme

Il y a des chances pour que le Théâtre de la Joliette reste ancré dans nos cœurs sous le nom de Minoterie ! Presque 30 ans de labeur et de création, ce n’est pas rien. La première saison ouvre avec une forme intime, Une flûte enchantée mise en scène par Peter Brook, Molière du théâtre musical en 2011. En octobre, fidèle à sa politique de collaboration et de partage, le Théâtre Joliette accueillera le festival Actoral, festival des écritures contemporaines, avec un texte de Sonia Chiambretto en chantier avec le Collectif Ildi ! Eldi, et cinq projets qui mêlent danse et texte, L’objet des mots. Puis les compagnies en résidence présenteront sur deux jours le résultat de leur travail sur le territoire, Faits divers pour la Cie Tandaim, film des Cartoun sur la famille idéale, et des collaborations entre Xavier Marchand et Liliane Giraudon, Pierrette Monticelli et Sabine Tamisier

En novembre, Bleu !, une création mondiale de la Cie TPO dans laquelle le spectateur peut s’immerger, un événement jeune public. De la danse encore avec la Trisha Brown Danse Company, pour son ultime tournée internationale. Quant à la compagnie maison, Cie Théâtre Provisoire, elle créera Fuck America avec Haïm Menahem, co-directeur, une adaptation musclée d’un roman de l’allemand Edgar Hilsenrath.

À ne pas rater en décembre, Guy Cassiers, pour la première fois à Marseille, avec le chef-d’œuvre de Virginia Woolf, Orlando ; puis de la danse avec la 16e édition de Dansem.

En 2014, La Joliette-Minoterie mettra en lumière le travail de trois metteuses en scène, Alexandra Tobelaim, Agnès Regolo et Joëlle Cattino

CHRIS BOURGUE
Septembre 2013

Photo : Agnès Mellon

À venir

Une flûte enchantée

du 28 sept au 5 oct

État civil

les 11 et 12 oct

L’objet des mots

du 8 au 12 oct

Théâtre de la Joliette-Minoterie, Marseille 2e

04 91 90 07 94

www.theatrejoliette.fr