Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Groupe Culture Paca, alliance entre artistes et acteurs culturels

S’unir, pour veiller et construire

Le Groupe Culture Paca, alliance entre artistes et acteurs culturels - Zibeline

Une alliance est en train de naître parmi les acteurs culturels et les artistes en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Un mouvement destiné à porter une parole commune, en dépit des différences, au-delà des intérêts particuliers de chacun, vers une construction commune.

Le Groupe Culture Paca est né d’un élan contingent. Au mois de mai 2018, sans que l’anniversaire symbolique y soit pour quelque chose, d’une lettre, adressée à Renaud Muselier et Christian Estrosi, leur faisant part du désarroi dans lequel se trouvaient les acteurs culturels qui avaient appelé à voter pour eux face à Marion Maréchal Le Pen.

En quelques jours, la lettre lancée par quelques-uns s’est répandue comme une traînée de poudre, a recueilli 170 signatures1. Et dès les premiers jours, des noms d’acteurs culturels reconnus par la Région comme des interlocuteurs privilégiés, et d’importance, sont apparus dans la liste des signataires, disant leur solidarité avec ceux qui étaient mis à mal, et leur désaccord avec une politique culturelle qui, pourtant, les mettait souvent à l’abri. Ainsi Bernard Foccroulle (Directeur du Festival international d’Aix), Paul Rondin (Directeur délégué du Festival d’Avignon), Irina Brook (Directrice du Centre National Dramatique de Nice), Jean-François Chougnet (Mucem), Alain Arnaudet (Directeur de la Friche), Jan Goossens (Festival de Marseille), Sam Stourdzé (Les Rencontres d’Arles) ou Christian Sébille (Directeur du Centre National de Création Musicale) font partie des signataires, de même que quatre des directeurs des cinq scènes nationales (Gap, Martigues, Cavaillon, le Merlan), nombre de scènes intermédiaires, des compagnies, d’artistes.

De plus des réseaux ont signé collectivement : le Forum des Festivals de Cinéma PACA, l’Association des Auteurs-Réalisateurs du Sud Est, le PAM (Pôle de coopération des Acteurs de la filière Musicale en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur), la Réplique (Centre de ressources des métiers de l’acteur)… Et si des représentants des syndicats sont présents, c’est à titre personnel, ou au nom de leur structure : il ne s’agit pas de défendre des intérêts particuliers ou ceux d’une profession, mais d’affirmer que, conformément aux promesses qui leur avaient été faites, ils veulent co-construire la politique culturelle régionale, parce qu’ils en sont les experts, et que les orientations prises actuellement les inquiètent.

Sujets d’inquiétude

Le collectif a décidé de ne pas rendre publique la lettre exprimant ses inquiétudes puisque Renaud Muselier a très vite accepté de rencontrer une délégation, a pris acte et conscience d’un certain nombre de dysfonctionnements, et a rassuré le collectif sur l’essentiel, c’est-à-dire le sentiment d’une porosité avec les idées de l’opposition d’extrême-droite dans l’assemblée régionale. Le Groupe Culture Paca est en effet revenu sur l’affaire Cogolin, ville à vendre2, s’est ouvert de son malaise face à la reprise en main des Chorégies d’Orange sans prise de distance officielle avec la mairie Ligue du Sud, ou face à l’annulation brutale de Babel Med. Il a souligné la mise en difficulté par des baisses ou des suppressions de subventions d’une série d’opérateurs qui travaillent depuis longtemps sur la Méditerranée (AFLAM, festival des cinémas arabes, Film Femmes Méditerranée, Dansem…), sur l’Afrique et les afro-descendants (Africa Fête, Afropéa, Cinéma Africain d’Apt…), sur les populations sous main de justice (Lieux Fictifs), en difficulté sociale, ou plus généralement sur la création la plus abstraite et contemporaine. Il a réaffirmé que le secteur culturel dans son ensemble, et uni, ne saurait accepter que « l’identité régionale » devienne un des thèmes majeurs de la politique culturelle de la Région, du moins si cette « identité » se concentre sur le provençalisme, en niant la bigarrure.

Car comment ne pas voir que ces opérateurs mis à mal sont exactement ceux que le Front national attaqueraient ? Certains gestes, comme la mention que les web-documentaires « pornographiques ou politiques » ne peuvent être financés, relèvent de la censure, d’autres pourraient s’apparenter à un racisme plus ou moins conscient… Le contexte européen d’alliance des partis d’extrême droite, qui leur permet d’exercer le pouvoir, n’est pas fait pour rassurer quant à cette porosité possible entre la Droite républicaine et l’Extrême qui ne l’est pas !

Entendre, construire

Renaud Muselier, qui a demandé à recevoir une délégation dès qu’il a appris l’existence et les termes de la lettre, a immédiatement rassuré quant à sa distance, intime, sans hésitation, avec toute pensée d’Extrême-droite, et avec tout début d’idée d’alliance. Attentif à la Méditerranée depuis toujours, il a pris acte des difficultés des petits opérateurs qui travaillent sur ce terrain depuis longtemps, a informé qu’un temps fort méditerranéen allait renaître à l’automne, a entendu la volonté du secteur culturel dans son ensemble d’être écouté, consulté, pour « coconstruire » la politique culturelle régionale dont ils sont les experts, et qui sans eux se bâtit sans finesse. Il a rassuré, compris, promis des changements sur les points évoqués.

Reste donc à présent au Groupe Culture Paca à se structurer pour faire des propositions constructives. La remarquable solidarité des acteurs culturels d’envergure, grands festivals et maisons nationales, avec les maisons plus modestes et avec les artistes et compagnies, est de bon augure : ce sont eux qui ont d’abord tiré le signal d’alarme, persuadés qu’il ne saurait y avoir de politique culturelle sans un tissu culturel divers, associatif, sans maillage du territoire, sans médiation, et sans un soutien volontariste à la création.

L’exemple de la politique culturelle entreprise dans les Hauts-de-France par Xavier Bertrand, autre président de Région élu grâce à un front républicain contre la famille Le Pen, est dans toutes les têtes : une véritable conférence régionale des Arts et de la Culture, formée de collèges représentatifs, a été mise en place, des mesures concrètes ont été prises, les acteurs culturels sont actifs dans le processus, et le budget consacré à la culture a été nettement augmenté. Le Groupe Culture Paca pourra-t-il se structurer en toute indépendance pour devenir force de proposition et organe de veille ? Et pour peser aussi dans les politiques culturelles des départements et des villes, celles des Bouches-du-Rhône et de Marseille étant au moins autant contestables que celles de la Région ?

L’histoire est à écrire !

AGNÈS FRESCHEL
Juin 2018

1 Dont celle d’Agnès Freschel, rédactrice en chef, celle de Dominique Marçon, rédactrice en chef adjointe, et d’Annie Gava, responsable de la rubrique cinéma de Zibeline

2 Le documentaire de Pascal Lorant sur la gestion FN de la ville avait reçu un avis favorable de financement par le Comité d’expert de la région. Il n’a pas été présenté au vote à l’assemblée régionale

Si vous êtes un acteur culturel en PACA, vous pouvez rejoindre le Groupe Culture Paca en envoyant vos observations sur groupeculturepaca@gmail.com

Illustration : Les Hauts de France une co-construction efficace