Summer is coming. Evolution du climat en PACA : la canicule sera bientôt la norme

Y aura-t-il de la neige à Noël ?

Summer is coming. Evolution du climat en PACA : la canicule sera bientôt la norme - Zibeline

Moins de neige, plus de canicules : c’est ce que les scientifiques prévoient en PACA à mesure que les outils de mesure de l’évolution du climat s’affinent.

Le réchauffement planétaire s’observe depuis les années 80, et ne fait que s’accélérer : les raisons de ce phénomène, clairement dû à l’activité humaine, ne font plus débat au sein de la communauté scientifique. Même si les zones tempérées du globe seront moins affectées que les pôles, elles subiront toutefois des conséquences graves. Le Groupe régional d’experts sur le climat en Provence-Alpes-Côte d’Azur (GREC-PACA) vient de publier un cahier thématique sur le changement climatique qui se dessine dans la région. Un territoire complexe, contrasté, avec ses littoraux, sa vallée du Rhône, ses massifs alpins ; vulnérable autant qu’attractif, toujours au bord du déséquilibre.

Summer is coming

Le rapport du GREC-PACA est destiné aux élus et à leurs équipes, de façon à les informer de la manière la plus précise possible des enjeux liés au réchauffement sur leur secteur. En moyenne, d’ici la fin du siècle, on prévoit « selon les zones géographiques et les scénarios socio-économiques » une augmentation de +1,9°C à +5,5°C. « La canicule de 2003 deviendrait donc en région Provence-Alpes-Côte d’Azur un événement quasi normal, voire frais, dans la seconde moitié du XXIe siècle. » Il convient, de manière urgente, d’évaluer l’impact de cette courbe ascendante sur l’agriculture, la santé publique, la biodiversité. Pour paraphraser une série en vogue, l’été arrive, et il sera brûlant. Sec, aussi, dans la mesure où l’évaporation sera maximale, l’écart entre les précipitations allongé, et le manteau neigeux hivernal réduit à peau de chagrin sur les sommets. Houleux, enfin : les épisodes extrêmes sont à craindre, avec leur lot d’incendies et d’inondations en recrudescence.

Affiner le diagnostic

Lorsqu’on lui demande s’il est optimiste malgré tout, Philippe Rossello qui a coordonné le cahier thématique répond résolument « Oui, parce qu’il le faut ». Bien conscient que le message passe difficilement auprès de décideurs focalisés sur les échéances électorales, il perçoit toutefois davantage de dialogue ces dernières années, entre les laboratoires scientifiques, les collectivités, et la société civile. Avec le perfectionnement des outils -surveillance météorologique, spatialisation, modélisation et paléoclimatologie- s’affinent les diagnostics, qui permettent aujourd’hui, commune par commune, de « traduire la cartographie du climat à l’échelle locale »1. Même si certains, encore en plein déni, s’obstinent à acheter des canons à neige que les stations ne pourront plus utiliser d’ici 15 ans, beaucoup réalisent qu’il faut repenser l’occupation du territoire avant qu’il ne soit trop tard.

Anticiper et s’adapter

Les solutions existent, pour anticiper l’évolution climatique et limiter les dégâts : préserver les zones agricoles et les espaces naturels, freiner drastiquement l’urbanisation galopante… reprochée notamment à Christian Estrosi, président de la Région PACA, sur sa circonscription niçoise, lors des inondations de l’automne 2015, directement liées à l’artificialisation des terres. Prévoir la salinisation des sols, la dégradation de la qualité de l’eau douce, l’acidification de la mer Méditerranée, le développement des allergies, favorisées par l’allongement de la saison pollinique, celui des maladies tropicales, véhiculées par les moustiques…. Tout ceci peut et doit être pris en compte par les pouvoirs publics : la région PACA est « fortement émettrice de gaz à effet de serre par rapport aux moyennes nationales »2. Elle a aussi des atouts, notamment en ce qui concerne les énergies renouvelables. Et une grande marge d’amélioration, en particulier au niveau de ses industries et du réseau de transports en commun, qui doivent impérativement détrôner la voiture.

Interpeller les décideurs

Le rapport du GREC-PACA de mai 2016 est en accès libre sur Internet, tout comme celui qui l’avait précédé en novembre 2015. Il appartient à tous de s’en saisir : il est clair, accessible, destiné à faciliter les prises de décisions. Sur la dernière page figurent les coordonnées des chercheurs qui l’ont conçu. Selon Philippe Rossello, « Si les élus ou leurs services techniques veulent en savoir plus et nous appellent, ce sera gagné ». Si les citoyens appellent leurs élus pour en parler, ce sera encore mieux.

GAËLLE CLOAREC
Juillet 2016

1 À 100 m près pour les températures, 1 km pour les précipitations

2 9,5 tonnes/an/habitant, contre 8,6 en moyenne nationale. Source : AirPACA, données 2012

Illustration : Evolution du climat pour 4 villes de PACA selon 3 scénarios RCP et 2 horizons futurs (2050 et 2100) – Source : Joël Guiot, CNRS / illustration : Philippe Rossello, GeographR