Vu par Zibeline

La culture n'était pas au coeur des AmFIs, Université d'été de la France Insoumise à Marseille

Un succès sans culture

La culture n'était pas au coeur des AmFIs, Université d'été de la France Insoumise à Marseille - Zibeline

Les AmFIs de la France Insoumise ont réuni à Marseille près de 3 500 participants attentifs aux questions sociales, écologiques, sociétales. Mais culturelles ?

Le discours de Jean-Luc Mélenchon a clôturé avec brio des Universités d’été qui ont rassemblé des militants nombreux, souvent jeunes, divers de genres et d’origines, défenseurs de causes particulières, antinucléaires, légalisateurs de cannabis, antispécistes, LGBT. Tous anticapitalistes évidemment, pour une société nouvelle refusant le pseudo impératif économique brandi comme une loi de la nature.

Mais au cœur de cette Université enthousiaste et chaleureuse, ce sont certaines absences, des oublis plus ou moins volontaires, qui marquaient aussi les discours et les gestes. Alors que l’urgence d’une révolution écologique et de la production énergétique était clamée haut et fort, que le désir d’une Europe libérée des lobbies s’affinait, que le refus des inégalités grandissantes construisait un avenir possible pour notre modèle social aujourd’hui mis à mal, on notait l’absence dans les discours d’une allusion aux syndicats, mais surtout au Parti Communiste, malgré les poings levés et l’Internationale entonnée dès que Mélenchon quitta la tribune. De même, et sans doute moins volontairement, on pouvait noter l’absence d’un discours construit sur les politiques culturelles. Aucune allusion, même, aux enjeux, aux luttes, aux difficultés auxquelles le secteur est confronté.

La culture aux spécialistes

Il y avait bien, parmi les 134 ateliers prévus, un « parcours culturel », séparé d’ailleurs de celui de « l’éducation populaire », ce qui est étonnant pour un mouvement qui veut rassembler « le peuple ». Et lorsqu’en conférence de presse on interroge Manuel Bompard, tête de liste FI pour l’élection européenne, sur l’absence de toute évocation de la culture dans les propos des 5 élus ou candidats rassemblés, il répond qu’il n’est pas spécialiste. Comme si la mesure de l’enjeu n’avait pas été prise, à la FI, quand bien même un « parcours » a été prévu, ce qui n’était pas le cas l’an dernier.

Car si pour la FI la culture ne semble pas une question populaire, elle ne relève pas non plus du champ politique. Les quelques ateliers du parcours en témoignaient : peu suivis alors que la plupart des amphis étaient débordant de monde et d’enthousiasmes, aucun ne posait la culture et les arts en termes politiques de démocratie et de droits culturels du citoyen, de défense des artistes et de financement du secteur, de liberté de création, de décentralisation, de représentativité, de diversité. Il n’était pas question non plus des enjeux strictement politiques, de la confiscation par l’Elysée des moyens et des missions du Ministère, de la marchandisation du patrimoine public et du financement public du patrimoine privé, de l’affaiblissement actuel de la Ministre et du Ministère, de la mise en difficulté par l’État du financement culturel des collectivités locales.

Plus étonnant encore, à la veille de la campagne des Européennes, rien n’était dit sur sa politique culturelle. Faut-il rappeler que celle-ci est confiée aujourd’hui à Tibor Navracsics, ancien directeur de cabinet de Viktor Orbán, irrédentiste et nationaliste, arcbouté sur les pseudos valeurs identitaires d’une Hongrie plus que réactionnaire ?

La beauté est ailleurs

Dans les ateliers étaient invités des intellectuels et artistes sympathisants, et dont la notoriété n’est plus à faire. Mais dont la représentativité est problématique : des hommes, blancs, souvent d’un âge certain, contrastant fortement avec la diversité et la jeunesse des autres AmFIs, et en difficulté face à un auditoire dispersé et peu réceptif.

Ainsi Charles Plantade, le plus jeune, parlait de la nécessité du droit d’auteur dans une attitude défensive qui augurait mal de la compréhension du problème de la rémunération des artistes par la salle. Michel Simonot, mal à l’aise, faisait lire Delta Charlie Delta, sa pièce sur les adolescents morts dans le transformateur, et qui ont été à l’origine des émeutes de 2005, à Christian Benedetti. Il mit en évidence les enjeux esthétiques de sa langue dramatique (« Je leur ai donné une langue ») et se réjouit aussi de l’accueil de cette pièce « qui les concerne » dans les établissements scolaires : l’ensemble restait anecdotique, relevant davantage d’une performance artistique que de la vision d’une politique culturelle pouvant mettre l’art en relation avec la réalité sociale.

Christian Benedetti se demandait quant à lui, lors d’un atelier qui suivait avec le même auditoire clairsemé, « Ce que peut le théâtre ». Il fut passionné, mais guère plus convaincant sur le fond. En butte à une assemblée qui connaissait mal les réalités d’un secteur en grande difficulté économique et idéologique. Il tenta de dire combien, à force de coups sur la tête, le théâtre emboitait aujourd’hui le pas à la marchandisation à l’œuvre dans les arts plastiques. Combien il luttait ou cédait à la privatisation des salles, à la disparition du service public, au repli sur un entre-soi délétère. Il fit sentir, par instants, la difficulté personnelle de conserver un élan pour donner à voir l’art, le théâtre, dans une société où chacun est « captivé, capturé, par des industries culturelles qui assènent du préformaté auquel on ne peut échapper ».

Mais s’il parvint à dire son découragement, et ses combats, aucun relais n’était présent pour effectuer l’analyse nécessaire des changements à opérer, à désirer. Pourtant Jean Luc Mélenchon, au début de son discours, affirmait l’indispensable place de la beauté dans la vie du peuple. Mais il parlait de repeindre les murs d’une école, et non d’élaborer une politique culturelle pour que la beauté puisse advenir…

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2018

Les AmFIs, Université d’été de la France Insoumise, ont eu lieu à Marseille, Parc Chanot, du 23 au 26 août.

Photo : AmFIs 2018 -c- Stéphane Burlot