Le Festival international de guitare de Lambesc n'aura pas lieu cet été. Entretien avec Annie Balduzzi

Un été sans guitares à Lambesc

Le Festival international de guitare de Lambesc n'aura pas lieu cet été. Entretien avec Annie Balduzzi - Zibeline

Zibeline fait le point avec les nombreuses manifestations culturelles qui devaient avoir lieu au printemps et en début d’été. Nous publierons les réponses reçues au fur et à mesure.


Entretien avec Annie Balduzzi, secrétaire de l’association Aguira, organisatrice du Festival international de guitare de Lambesc

Zibeline : Le festival International de Guitare de Lambesc est annulé, l’année de ses vingt ans. La programmation est annulée ou reportée ?

Annie Balduzzi : Reportée à 2021, dans la mesure où ce report sera possible.

Serez-vous dédommagés et comment ? 

Non. Mais même si tout était préparé, nous n’avions pas encore investi, notamment dans la communication.

Quel impact cela a-t-il sur votre structure ? 

Nous devons conserver le lien entre les membres de l’équipe et les adhérents à l’association. Donc, outre le maintien d’une relation de communication, quelques petits événements festifs (repas, concerts…) à organiser dans la mesure du possible.

Qu’attendez-vous des collectivités et de l’État ?

Rien.

Quelle est votre estimation du manque à gagner pour votre association Aguira, organisatrice du festival ?

Nous risquons de perdre de la fidélité à cause du temps qui passe et qui éloigne…

Comme vous êtes en lien continu et fort avec nombre des artistes programmés, savez-vous ce qu’apporte (ou pas) ce temps suspendu à leur démarche créatrice ?

Beaucoup de dommages car la création se doit, pour un professionnel, de s’épanouir dans la diffusion et la reconnaissance par le public. Suppression des concerts, mais aussi difficultés de survie rencontrées par la presse culturelle et spécialisée dans le domaine musical et instrumental. 

Les diffusions par Internet, Facebook, etc. sont bien accueillies dans l’instant, surprennent positivement quelquefois (notamment lorsqu’il y a une organisation du « jouer ensemble ») mais, finalement, banalisent le travail de l’artiste. 

Propos recueillis par MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2020

Photo : Annie et Charles Balduzzi (secrétaire et directeur de l’association Aguira) lors de l’annonce du Festival © X-D.R.