Elections municipales mars 2020 : la culture à Montpellier

Tropisme créatif et culturel

Elections municipales mars 2020 : la culture à Montpellier - Zibeline

Ouverte il y a un an, la Halle Tropisme est l’une des principales réalisations du mandat de Philippe Saurel. Entretien avec Vincent Cavaroc, son directeur.

Zibeline : Quelles sont les missions et l’ambition de la Halle Tropisme ?

Vincent Cavaroc : Le premier est d’ouvrir les champs classiques de la culture aux industries créatives et culturelles, en initiant un rapprochement entre la création artistique et des secteurs tels que le cinéma d’animation, le jeu vidéo, la radio. Avec 220 entrepreneurs créatifs résidents, la Halle s’inscrit comme un lieu liant ces différents acteurs. Le deuxième objectif est de se développer comme une vraie friche culturelle dans une ville qui ne dispose pas de bâtiments industriels à réhabiliter. Nous avons la chance d’occuper une ancienne halle de mécanique de l’armée de 4000 m² C’est pour nous un terrain de jeu et de liberté infini qui nous permet de passer de la musique à la philosophie, de la danse à la gastronomie, du cinéma à des ateliers pour les enfants.

Quel est votre rapport avec les artistes et les opérateurs culturels du territoire ?

Notre coopérative -illusion&macadam- travaille depuis 18 ans à l’accompagnement des artistes. La Halle est le prolongement naturel de notre activité, en permettant à de nombreux artistes de s’y produire. En tant qu’acteur indépendant de la culture, notre objectif est de consolider nos moyens pour pouvoir leur donner plus de place. Ouvrir notre espace de façon permanente à la chorégraphe Mathilde Monnier est pour nous un signe très encourageant. Nous développons de plus en plus de collaborations qui se traduisent par des projets montrés ici ou ailleurs. Nous sommes déjà en lien avec le CDN, le MoCo, le Musée Fabre ou l’Opéra.

Comment percevez-vous l’évolution de la vie culturelle montpelliéraine ?

Au début des années 80, Montpellier a su miser sur la culture en profitant de la décentralisation pour implanter les grands équipements qui rayonnent encore aujourd’hui, tels que les CCN et CDN, Montpellier Danse, le Printemps des comédiens… Aujourd’hui, j’ai le sentiment que la ville parvient à se réinventer à travers l’impulsion donnée du côté de l’art contemporain et des industries créatives et culturelles. Cela s’illustre notamment par l’implantation à Montpellier de sociétés comme Ubisoft ou Dwarf aux côtés de grandes écoles telles que l’ESMA ou ArtFx. L’implantation de ce nouveau tissu contribuera à écrire un nouvel acte de la politique culturelle de Montpellier.

Entretien réalisé par LUDOVIC TOMAS

Mars 2020

Photo Vincent Cavaroc ©Marielle Rossignol

Lire aussi :

« Quel récit chorégraphique écrit-on pour cette ville ? »