L’Embobineuse fête ses quinze ans à Marseille

Quinze ans d’embobinage

• 16 novembre 2019, 21 novembre 2019, 30 novembre 2019 •
L’Embobineuse fête ses quinze ans à Marseille - Zibeline

Bienvenue dans « Fort Boyaux ». L’invitation à l’anniversaire de L’Embobineuse n’est pas des plus appétissantes. Rien d’étonnant quand on a pour éditeur d’affiches le collectif Le dernier cri. C’est par un jeu d’évasion, dans ses locaux du boulevard Bouès d’un 3e arrondissement paupérisé, que ce théâtre de fortune lancera la célébration de ses quinze ans (voir ci-dessous). Aux manettes : Marius, Elsa, Tom, Jenna et Jules. Si ce dernier est le programmateur en titre, le fonctionnement est collégial. Et l’ambiance de travail bon enfant dans cette ancienne usine de bobinage de moteurs électriques qui concocte des nuits atypiques dans la deuxième ville de France. Au fil des ans, le théâtre de fortune a connu des évolutions mais a gardé son esprit indépendant et de défrichage de la scène alternative, à l’instar de petites sœurs, plus récentes, comme l’Asile 404, la Sale gueule, feu la Machine à coudre ou Data qui fête ses quinze ans conjointement avec l’« Embo ».

Actions culturelles

À l’origine, ce sont des étudiants des Beaux-Arts qui investissent le lieu. De ce temps subsiste un petit musée des horreurs, véritable capharnaüm au premier étage, partie aujourd’hui fermée au public. C’est par une performance de l’inénarrable Jean-Louis Costes qu’est inauguré le site en 2014. À l’époque, la salle de concert n’est qu’un lieu de stockage. D’emploi précaire en emploi précaire, celle-ci accueillera pendant plusieurs années jusqu’à trois événements par semaine. Les nouveaux responsables ont réduit la voilure et pas que pour des raisons financières. « On a une vie à côté », explique Elsa. « On n’a pas eu envie de tomber dans la fatigue », complète Marius.

Après une mise aux normes exigée par la mairie et financée par un fructueux appel aux dons en 2013, l’Embobineuse repense ses missions. Si la diffusion de concerts, qu’elle produit ou accueille, reste l’activité centrale, elle s’enrichit d’actions culturelles, d’accompagnement d’artistes et de projets de coopération comme actuellement l’Ami (porteuse du festival Mimi) et la Mesón. Ainsi, l’Embobineuse via la compagnie résidente Peanuts propose un atelier théâtre intitulé Libertatia ou le 102e département, et intervient en milieu scolaire.

9 000 spectateurs annuels

Reconnue par des structures plus institutionnelles, elle collabore aussi avec le Cabaret aléatoire ou Montévidéo. Au point d’avoir été adoubé par la Friche Belle de Mai pour programmer sur son très prisé toit terrasse. « On se paie le luxe de pratiquer une politique de salle subventionnée sans en avoir les moyens. » Côté financement public, il est très modeste de la part de la Ville pour le fonctionnement, tandis que Département, Région et Drac mettent la main à la poche en fonction des dispositifs. Aujourd’hui, avec en moyenne deux soirées par semaine, l’Embobineuse reçoit 9 000 spectateurs annuels pour une jauge de 192 places et peut compter sur une base d’adhérents comprise entre 4 et 6 mille. « On fait moins de concerts mais de meilleures dates avec une fréquentation moyenne par soirée en augmentation », détaille Marius. Post trad occitan, math rock, kraut transe, black ou death metal, les esthétiques peuvent refroidir un public non averti. Mais le jazz ou les soirées électro comme la désormais fameuse Mouillette y trouvent également leur place. Et ici les petits tarifs – à la billetterie comme au bar (le punch est un délice), en cohérence avec son emplacement au cœur d’un quartier populaire – encouragent la curiosité. « On autorise même les gens à entrer gratuitement quelques minutes pour se faire une idée. » Juste le temps de se laisser embobiner. 

LUDOVIC TOMAS
Novembre 2019

Photo ©Ludovic Tomas

L’Embobineuse, Marseille
04 91 50 66 09 lembobineuse.biz

À venir :

16 novembre dès 15h15
Les 150 ans de l’Embo & Data avec Mr. Marcaille, Sound off Mars, Nash, DJ Data, Carne Cruda, Tétristomac

21 novembre
Imperial Triumphant et Altrage, dans le cadre de la Semaine sainte spécial Hallooween

30 novembre
Hippie Diktat, en coproduction avec la Meson dans le cadre de Jazz sur la ville


L’embobineuse
11 Boulevard Boues
13003 Marseille
04 91 50 66 09
http://www.lembobineuse.biz/