Philo Kakou n°26

Philo Kakou 26

Philo Kakou n°26 - Zibeline

«Cacou » ; en provençal, celui qui se la pète, qui fait le fanfaron. En grec Kakou est le génitif de kakos, mauvais, laid. Donc Philo Kakou, la philosophie du mauvais !

Descartes, l’âne et la liberté

L’âne de Buridan ? personne ne connaît, encore un truc de kakou ! Mais pratique pour parler un peu de philosophie contemporaine et de liberté, parce qu’en restant avec Aristote on n’y était pas encore !

Quelle belle affirmation moderne que de dire « je suis libre » ! Ou plutôt bel apanage pour la philosophie de s’emparer de cette affirmation pour en faire une problématisation simple, complexe et à la portée de tous ; voilà ce qu’en philosophie on appelle contemporain : pas la métaphysique obscure, ou la philosophie à la con sur des bateaux de croisière genre Frédéric Lenoir ou Comte-Sponville ; mais eux on se les garde pour plus tard promis.

Donc je suis libre ! Qu’est-ce à dire ? Que je ne me sens emporté par le poids d’aucune raison par une alternative ou par une autre. Quand je ne sais pas quoi choisir, que les possibles s’offrent à moi, je dis « je suis libre », j’éprouve en moi un sentiment de liberté. Ben non ducon nous dit Descartes dans sa 4e Méditation Métaphysique ! C’est de la liberté d’indifférence ! et c’est là que l’âne de Buridan arrive.

Prends un âne, qui a faim et soif, tu lui mets de l’eau à gauche, des céréales à droite (il est vegan, comme tout âne). Bon ben si l’âne est vraiment libre il meurt, ne sachant pas quoi choisir entre l’eau et les céréales qui lui sont d’égale importance.

Idem pour l’homme : lorsqu’on se sent libre c’est qu’on ne l’est pas, parce que ça veut dire qu’on ne sait pas quoi choisir ; et ça pour Descartes c’est le plus bas degré de la liberté.

Quel est le plus haut degré de liberté ? Faudra acheter le prochain numéro !

Régis Vlachos
Mars 2019