Contre l'artificialisation de terres agricoles à Pertuis, la population se mobilise

Pas sans patatesVu par Zibeline

• 25 avril 2021 •
Contre l'artificialisation de terres agricoles à Pertuis, la population se mobilise - Zibeline

Le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes, célèbre la mémoire de dix-neuf paysans du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre du Brésil (MST), assassinés en 1996 par des tueurs à la solde de grands propriétaires terriens. Chaque année, on met ce jour-là en lumière les difficultés rencontrées à travers la planète par ceux qui nourrissent l’humanité, leur solidarité et leurs résistances1. Une date symbolique, qui marque aussi, en France, un jalon du mouvement « contre la réintoxication du monde », initié au sortir du premier confinement, assorti d’un appel aux Soulèvements de la terre.

En ce 17 avril 2021, l’association Terres vives Pertuis a organisé une manifestation pour s’opposer à la construction d’une zone d’activité économique dans cette commune du Vaucluse. 86 hectares de terres agricoles très fertiles sont menacées d’artificialisation, dans une zone potentiellement inondable.

La structure, accompagnée par France Nature Environnement Paca, SOS Durance Vivante, Foll’Avoine, L’Étang Nouveau et la Confédération Paysanne Vaucluse, a engagé un recours contentieux auprès de la Préfecture, avec l’aide d’un avocat rodé à ce genre de procédures. Lors des prises de parole, les intervenants ont expliqué que le projet implique l’expropriation de plus de 200 personnes, agriculteurs ou habitants, dont certains travaillent également sur le secteur et perdraient aussi leur emploi. Ils considèrent avec suspicion la position sur ce dossier du Maire de Pertuis, Roger Pellenc, l’accusant de vouloir développer sur cette zone sa propre entreprise, le groupe Pellenc, qui commercialise des machines et outils agricoles à l’international. Un tract, distribué lors de la manifestation, pointe un manque d’enthousiasme soulevé par le projet chez d’autres acteurs économiques du territoire : « Une seule entreprise déjà installée sur Pertuis déclare avoir besoin d’environ 30 ha sur les 86. Aucune autre n’a à ce jour et à notre connaissance déposé sa candidature pour s’installer dans cette nouvelle zone. ITER [réacteur de recherche nucléaire civil situé à Saint-Paul-lez-Durance, ndlr] (…) ne confirme son intérêt que dans le cas où les espaces lui seraient loués provisoirement en vue de stockage de matériaux nécessaires à la construction en cours ».

Le Vaucluse est un département contrasté, avec ses très nombreuses et très riches villégiatures, ses villages cossus qui dominent une vallée de la Durance plantée de vergers, encore empreinte d’une forte culture rurale. Cependant, même si on cultive de tout ici, ou presque, l’autonomie alimentaire est encore loin d’être atteinte. Aussi, si l’on veut préserver un monde vivable, il ne faudrait plus artificialiser aucune terre agricole. La mobilisation citoyenne se poursuivra le dimanche 25 avril à 10h : rendez-vous est donné sur place, rue du Gourre d’Aure, à toutes les personnes de bonne volonté, pour planter une parcelle de pommes de terre, avant un pique-nique collectif. « Plus de patates ! Moins de béton » est le mot d’ordre.

GAËLLE CLOAREC
Avril 2021

1 Sur le site de la BNF, une biblio-filmographie est consacrée à ce sujet : https://www.bnf.fr/fr/actualites/journee-mondiale-des-luttes-paysannes-0