Maîtres d’œuvre du Puits de Sciences de Gardanne

Les maîtres d’œuvre du Puits de SciencesVu par Zibeline

Maîtres d’œuvre du Puits de Sciences de Gardanne - Zibeline

Le rendez-vous était pris : le 27 janvier, seraient désignés officiellement les lauréats de l’appel d’offre de la construction de l’équipement culturel du Puits de Sciences de Gardanne (cf article Zibeline mensuel 1). Le maire de la ville de Gardanne, Monsieur Roger Meï (qui se définit avec humour comme « écocologiste »), précisait combien la mairie avait exigé pour les maîtres d’œuvre des travaux l’expertise d’architectes et non d’ingénieurs géomètres, afin d’élaborer ce « projet unique en Europe, pour lequel il aura fallu trente années de travail », reposant sur trois axes, économie, énergies renouvelables, culture scientifique. L’originalité du « dialogue compétitif », organisé pour déterminer qui aurait la charge des travaux, résidait aussi dans la constitution des équipes porteuses de projet : il fallait être un groupement rassemblant architecte mandataire, bureaux d’études techniques, experts en qualité environnementale des bâtiments, scénographes, muséographes et médiateurs scientifiques.

Malgré la difficulté de réunir de telles formations, treize équipes ont candidaté, cinq ont été retenues pour participer au dialogue compétitif, destiné à mûrir les projets et à évaluer leur démarche. La maîtrise d’œuvre a finalement été attribuée au groupement h2o architectes, architectes mandataires (architecture, architecture du Patrimoine et mobilier design) / UNIC-architectes associés, paysagiste / Klapisch-Claisse – scénographe, mobilier / EDEIS – ingénierie TCE, BIM et HQE / GELATIC – conception –lumière.

Jean-Jacques Hubert (du cabinet d’architectes h2o) et Jean-François Patte (d’UNIC-Architectes associés) soulignent les lignes de force de leur travail : il s’agit de s’appuyer sur la forte identité du lieu, la capacité de ses volumes, l’histoire de la mine. La richesse du programme réside aussi dans la diversité des publics à accueillir la variété des destinations des divers bâtiments, la volonté d’intégrer ce quartier à l’ensemble du Puits Morandat, grâce à une entrée sur le site, large et lumineuse, qui traverse les locaux jusqu’à la pinède, une galerie paysagiste, au cœur d’une centralité qui distribue et rassemble. Le tout suit les règles les plus strictes quant aux matériaux de construction, les labels BDM niveau Or et BBC rénovation sont une priorité (bien avant le coût, affirme le maire, la qualité écologique et la beauté sont essentiels et ne peuvent être sacrifiés, ne serait-ce que par respect pour les générations futures). « Nous construisons en 2020 les bâtiments de 2030 », sourient les architectes. Livraison prévue en 2022 de ce pôle scientifique qui sera le deuxième de France (juste après celui de Paris à La Villette).

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2020

Présentation le 27 janvier, Puits Morandat, Gardanne

Photographies : Entrée ©h2o architectes /UNIC architecture et Hall ©h2o architectes /UNIC architecture