Les Déconnomistes veulent (aussi !) parler à la radio

Les Déconnomistes écrivent à Sybile Veil, présidente de Radio France

Les Déconnomistes veulent (aussi !) parler à la radio - Zibeline

Le 7 janvier dernier, Nicolas Demorand, animateur de la matinale de France Inter, rendait hommage à son confrère Bernard Maris, assassiné lors de l’attentat de Charlie Hebdo il y a 5 ans, « qui faisait de l’économie un art du débat, et une méditation ironique, parfois poétique ». Maints auditeurs partagent le regret qu’avec sa disparition, les voix non-orthodoxes du champ économique se fassent moins entendre dans le service public audiovisuel, laissant toujours plus la place aux experts du néo-libéralisme.

La présidente de Radio France, Sybile Veil, a même officiellement passé un partenariat avec le Cercle des économistes : puisque les Rencontres organisées chaque année à Aix-en-Provence par ce groupe de réflexion ne peuvent s’y tenir, en raison de la crise sanitaire, elles seront reçues à bras ouverts à la parisienne Maison de la Radio, du 3 au 5 juillet, devenant « Aix en Seine ». D’après le communiqué de la CGT Radio France, publié par le site Acrimed, Observatoire des médias, ce partenariat irait au delà, jusqu’à « la création d’une association commune. Le but de cette association serait de « promouvoir » les rencontres d’Aix et de « développer la culture économique auprès d’un vaste public » en donnant aux rencontres « un large écho avec le support du rayonnement de Radio France et la puissance de ses chaînes auprès de leurs 15M d’auditeurs ». Autrement dit, de profiter des antennes de Radio France pour inculquer aux auditeurs une certaine vision de l’économie, celle des puissants et des élites économiques. »

Ni une ni deux, les Déconnomistes, organisateurs des Rencontres Déconnomiques, contre-pied ironique qui se tient régulièrement en parallèle de la manifestation dans la cossue cité provençale, ont rédigé une lettre à Sybile Veil, pour lui rappeler que « soucieuse du pluralisme », elle devrait avoir à coeur de faire connaitre à ses auditeurs « les différentes écoles de pensée dans le domaine des sciences économiques ». Lui suggérant, en conséquence, d’étendre son invitation à leurs propres contributeurs, prêts, comme c’est l’objectif d’origine de ces très sérieux intervenants (malgré le nez rouge de leur logo), à déconstruire la pensée unique « des économistes orthodoxes et médiatiques, des dirigeants de multinationales, des membres du gouvernement, des journalistes dominants et des éditocrates expliquant qu’il n’y a pas d’alternative en matière d’économie politique ». Sur les ondes de Radio France comme dans les parcs d’Aix en Provence.

Vu le thème de l’édition 2020 des Rencontres économiques, Agir face aux dérèglements du monde – on va s’en sortir !, il est certain qu’une plus grande variété de points de vue ne pourrait que bénéficier à tous… La balle est désormais dans le camp de Sybile Veil (précisons que la présidente du comité d’éthique de Radio France, Françoise Benhamou, est membre du Cercle des économistes).

GAËLLE CLOAREC
Juin 2020