Le ZEF !, un pôle culturel qui réunit Le Merlan et La Gare Franche à Marseille

Le Zef vent debout

Le ZEF !, un pôle culturel qui réunit Le Merlan et La Gare Franche à Marseille - Zibeline

Le mariage du petit dernier est une belle histoire d’amour !

S’il est un endroit où la Droite ne détricote pas ce qui a été mis en place lors des mandatures précédentes, c’est dans les 13e et 14e arrondissements, détenus par Stéphane Ravier, maire de secteur Rassemblement national. L’alliance républicaine n’a pas eu lieu au second tour des municipales en 2014, offrant ce secteur de Marseille à l’extrême-droite. Mais l’État, la Région, le Département et la Ville s’entendent à soutenir et pourvoir convenablement le Théâtre du Merlan, ce repaire d’artistes en lien direct avec les habitants du quartier et les publics de la ville.

Il faut dire que le projet mené par Francesca Poloniato depuis son arrivée à la tête de la scène nationale est exemplaire, tant au niveau de la conquête des publics de proximité que de celui des actions artistiques et culturelles, ou de la collaboration avec les autres opérateurs du territoire de Marseille Nord. C’est pourquoi Catherine Verrier, actuelle coordinatrice de la Gare Franche fondé par l’artiste Wladislaw Znorko, est venue demander au Merlan son voisin si un projet de rapprochement était possible…

« Depuis le décès de Wlad nos subventions baissaient régulièrement, et la DRAC –direction régionale du ministère ndlr- nous a prévenus que ce projet d’artiste n’avait plus lieu d’être, que la baisse allait continuer. Le Merlan est apparu comme une solution d’évidence : comme nous ce théâtre travaille sur le territoire, et dans la durée avec les artistes. Et très vite nos différences sont devenues des complémentarités. Depuis toujours on travaille sur la diversité des usages des lieux culturels, le jardin, la cuisine. Chez nous les artistes sont chez eux, les habitants passent, partagent un café. »

La belle union

Même si ce sont des baisses de subventions qui sont à l’origine de ce rapprochement, il est visiblement vécu par les deux équipes, qui y travaillent depuis deux ans, comme une chance : pensé avec les subventionneurs, il va permettre de remettre en état la salle de spectacle de la Gare Franche, ancienne usine qui prend l’eau dès qu’il pleut. Les bâtiments, qui appartenaient à l’association de Znorko, sont donnés en legs à la Ville, qui sera désormais propriétaire des murs comme elle l’est du Merlan, et donc responsable des investissements.

Le personnel de la Gare Franche rejoint celui du Merlan, sans réduction d’effectif. Francesca Poloniato dirigera désormais une équipe de 30 personnes : celle du ZEF ! nouveau nom du pôle. Et lorsqu’on lui rappelle que le GRIM/GMEM est passé de 3 festivals annuels à 1 seul après la fusion, ou que le pôle Joliette/Lenche a perdu en moyens et en nombre de représentations, elle nous rassure : « Cela ne nous arrivera pas, parce que nous sommes 30 à le vouloir et que les tutelles le veulent aussi. Ce n’est pas un mariage forcé, ni même un mariage de raison, même si au départ il s’agissait de sauver la Gare Franche. Aujourd’hui c’est devenu un mariage d’amour ! Toutes les collectivités nous suivent, nous allons pouvoir faire les travaux nécessaires, programmer davantage de spectacles, accueillir davantage d’artistes dans des séjours longs, leur offrir les moyens de répéter, de rencontrer les publics, de faire des ateliers, de travailler et écrire avec eux. »

Elle attend donc que la Gare Franche bénéficie de cette fusion, mais aussi que le Merlan en profite !

« Ce que nous amène la Gare Franche, c’est une équipe spécialiste du développement durable de la culture, en pointe sur la diversité des usages. C’est le lieu et l’esprit dont la scène nationale avait besoin pour une permanence artistique réelle sur un territoire où la greffe a déjà pris. Il s’agit, pour tous, de travailler « avec ». Avec les habitants, les artistes, les écoles, les journalistes, tout le personnel. Au ZEF on n’est plus RP -relation public ndlr- , on est animateur culturel, on met en place des ateliers, des projets artistiques partagés. »

Il y aura donc des spectacles à la Gare Franche, en commençant par un pour les tout-petits, à prix très doux. La saison 2019/2020 sera déjà une saison commune, que l’on découvrira en septembre.

D’ici là la nouvelle identité visuelle, créée par Stephan Muntaner, est dévoilée, ainsi que le nouveau nom.

On veut y voir un signe : aucune des autres fusions n’a été suivie d’un baptême. L’absorption des Bernardines n’a fait que rajouter un pôle aux Théâtres de Dominique Bluzet, le GMEM a absorbé le GRIM sans changer son nom, tout comme le Joliette/Lenche qui venait d’abandonner le nom de Minoterie, l’Opéra/Odéon qui n’y songe pas, ou La Friche/Gyptis qui fait chambre à part. On peut vraiment espérer que cette fusion ne privera pas le public de la diversité artistique dont il a besoin, et les artistes d’un lieu de production, de travail et de programmation !

AGNÈF FRESCHEL
Juillet 2019

Photo : Francesca Polionato et Catherine Verrier -c- AF


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/