Commémoration du centenaire de la ligne L'Estaque-Miramas

Le petit train de la Côte bleueVu par Zibeline

• 17 octobre 2015 •
Commémoration du centenaire de la ligne L'Estaque-Miramas  - Zibeline

6°C. Temps clair sans Mistral pour ce rendez-vous matinal du 17 octobre en gare St Charles.

Embarquement immédiat voie G, en Régiolis, le dernier né des TER. Destination Miramas via l’Estaque, Niolon, Ensuès-la-Redonne, Carry-le-Rouet, Sausset-les-Pins, La Couronne, Martigues, Port-de-Bouc, Istres. 60 km, des gares aux toitures de tuiles rondes et aux décors de céramique vernissée, veuves de leurs chefs disparus au profit des contrôles automatiques, 18 viaducs, 23 tunnels !

Même si rouler sur un pont n’est pas le meilleur moyen d’en admirer les arcs, les piles, les tympans, on se prend de vertige sur celui de Méjean et on pense à la sueur des hommes en plongeant sous les massifs percés à la dynamite et à la pioche. Le paysage accroché aux fenêtres a de quoi émerveiller : scintillement de la mer dans le feston des calanques, des criques, des petits ports, pêcheurs placides du canal de Caronte, et en remontant vers l’Étang de Berre, sites industriels cinégéniques érigés dans les plaines.

La ligne, construite de 1907 à 1915 par l’ingénieur polytechnicien Paul Séjourné et par des milliers d’ouvriers alpins, espagnols, italiens, portugais, jalonnée d’ouvrages d’art labellisés, a ses historiens, ses amoureux, ses historiens amoureux, et avec le développement des communes traversées, ses usagers de plus en plus nombreux. L’association La voix de la Côte Bleue a célébré le centenaire de cette ligne en organisant jusqu’au 18 oct, expositions et événements à l’instar de ce voyage-découverte en partenariat avec le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement des BDR, ponctué à l’étape estaquéenne par une courte représentation des élèves de l’Ecole primaire du bd Fenouil : minots au micro sur une estrade entre deux voies de la gare, interprétant tour à tour les rôles de Séjourné et de ses ouvriers, coupant le cordon bleu blanc rouge d’inauguration sous un feu de cotillons.

Pour l’occasion, le CAUE 13 a réédité la fich’affiche réalisée par Thierry Durousseau et l’illustratrice Sharon Tulloch, dont le verso renseigne sur l’histoire de ce chantier gigantesque, sur les difficultés géologiques qui ont fait exploser les budgets, sur les théories de son concepteur pour lequel «un ingénieur doit savoir l’architecture et la culture intellectuelle ne doit pas être rétrécie à l’utile seul». Dernier des constructeurs de grands ponts en maçonnerie, amoureux des belles proportions, de l’adaptation de l’ouvrage au lieu, au climat, aux monuments voisins, pour Séjourné,  «il n’est pas permis de faire laid». L’élégance de ses ouvrages comme les sept arcs en plein cintre qui dessinent la courbe tendue du viaduc de Corbière ou la grande arche qui enjambe la calanque des Eaux salées, montre qu’il ne s’est effectivement pas octroyé cette permission-là.

Informer, sensibiliser le public et les élus à la culture architecturale et urbaine pour élaborer le plus intelligemment possible le cadre de demain, c’est la mission du CAUE. Il était donc logique sur ce fond commémoratif d’aborder les problèmes politiques de la difficile mise en place de la Communauté urbaine. Au terminal de la ligne, dans la grande gare de Miramas, le maire Frédéric Vigouroux a présenté les dossiers stratégiques de sa ville «pauvre mais au potentiel énorme» avec la création prochaine d’un village de marques et la mise en place d’une économie circulaire. La nouvelle présidente du CAUE 13, Laure-Agnès Caradec a rappelé les objectifs de la future Métropole. Le petit train de la Côte bleue devenant tout à coup le symbole des projets un peu fous qui vont de l’avant, d’un lien entre passé patrimonial et avenir, entre communes défavorisées et communes riches qui devraient/devront oublier les rivalités pour travailler dans la solidarité.

ELISE PADOVANI
Octobre 2015

Photo (c) Maurice Padovani

CAUE 13 / 18 rue Neuve Sainte-Catherine 13007 Marseille

La voix de la Côte Bleue / lavoix.cote.bleue.free.fr

Suivre ici la balade virtuelle réalisée pour l’occasion par le quotidien La Marseillaise : http://www.lamarseillaise.fr/culture/patrimoine/42715-cartographie-balade-virtuelle-pour-le-100-ans-du-train-de-la-cote-bleue