Le vote des LGBT semble avoir notablement changé... en faveur du Front national ?

Le FN et les homos, une affinité élective ?

Le vote des LGBT semble avoir notablement changé... en faveur du Front national ? - Zibeline

Depuis 2012, un certain nombre d’enquêtes et d’articles s’étonnent du succès grandissant du Front national auprès des homosexuels. Qu’en est-il, et comment l’analyser ?

Le premier constat à tirer est relativiste : aucune étude statistique fine n’existe pour recenser le vote des homosexuels. Les plus sérieuses, celles de l’Ifop en 2012 (François Kraus) avant les élections présidentielles et en 2014 (Jérôme Fourquet) après l’adoption de la loi sur le mariage, se fondent sur des pourcentages forcément aléatoires : recensant ceux qui se disent homosexuels ou bisexuels (ces deux catégories étant différenciées), ils ne distinguent pas ceux qui vivent leur homosexualité publiquement et ceux qui énoncent une tendance secrète, passée, fugace. De plus ils ne font aucune opposition entre gays et lesbiennes, ni entre trans et homos. De fait ces sondages sont faits pour estimer les intentions de vote, non pour comprendre finement les raisons électives des « non hétérosexuels », comme ils les désignent.

Le deuxième constat est d’évidence : il semblerait, même si les chiffres sont à nuancer, que les LGBT votent plus à gauche que les hétéros, mais moins massivement que l’on pouvait le croire, et de façon moins constante : comme en 2007 ils ont voté pour le PS en 2012, attentifs aux promesses du mariage pour tous. Etant donné qu’ils représentent environ 3 millions d’électeurs, soit 1 votant sur 12, cela représente 1,5 million de voix au premier tour pour François Hollande. Qui n’a battu Nicolas Sarkozy que d’1,1 m de voix.

Mais depuis l’outing de Florian Philippot et la discrétion de Marine le Pen dans le débat du mariage pour tous, et malgré les positions de sa nièce lors des manifs pour tous, il semblerait que la donne ait changé. Et que par ailleurs les gays et les lesbiennes ont adopté des comportements électoraux opposés (l’étude de Sylvain Brouard portant sur les régionales 2015 s’attache exclusivement aux vote des couples).

 

Vote au premier tour Gauche(s) Modem Droite(s) Front National
LGBT Hétéros LGBT Hétéros LGBT Hétéros LGBT Hétéros
Présidentielles 2007 44% 38% 17% 19% 24% 34% 13% 11%
Présidentielles 2012 49% 42% 9% 9% 22% 29% 18% 18%
Régionales 2015

(étude des couples)

G L Droites (avec Modem) G L
32% 36% 35% G 27% L 34% H 35% 38% 26% 29%

 

Même s’il est difficile de comparer une étude sur les couples avec des études portant sur l’ensemble de la population, le vote des LGBT semble avoir notablement changé : l’écart entre gays et lesbiennes, qui ne recoupe pas l’écart général entre hommes et femmes hétérosexuels, demanderait qu’on s’attache plus finement à leurs raisons respectives, sans s’intéresser aux seuls couples.

Rose Marine

Comprendre les raisons du vote FN de certains homosexuels, et plus spécifiquement des hommes, est le but du livre écrit par Marie Pierre Bourgeois, sous titré Enquête sur le FN et l’homosexualité*. Il met au jour la stratégie électorale du FN : rallier au Sud catholiques traditionalistes anti mariage avec Marion, et gagner au Nord, et à Paris où ils vivent en grande partie, le vote essentiel des homosexuels grâce aux lieutenants de Marine. Une stratégie qui veut rallier des électeurs très différents, mais le FN sait que le vote repose souvent sur la fabrication d’un ennemi commun…

Et le bouc émissaire est trouvé depuis longtemps par le FN, qui autrefois disait l’Arabe, et maintenant emploie la métonymie de l’Islam. Certes Marine Le Pen est entourée de gays, mais il serait simplificateur de ne voir là qu’un goût étrange : les gays qui rallient le FN ont cédé à la peur de l’Arabe, forcément homophobe, comme certaines féministes qui répugnent épidermiquement au port du voile, comme certains juifs, oublieux des amitiés nazies du grand-père, se rallient au FN par peur de l’« antisémitisme musulman ».

Le livre de Marie Pierre Bourgeois fait le tour des motivations du vote FN des homosexuels, mais ne donne pas de clefs pour sortir du fantasme : comment ignorer qu’il existe des musulmans homosexuels, des musulmanes féministes, des arabes athées, des noirs catholiques, des juifs arabes, des chrétiens d’orient ? Marie-Pierre Bourgeois rappelle les liens des homosexuels avec le parti nazi jusqu’à la Nuit des longs couteaux, mais elle n’a pas les moyens de déboulonner les fantasmes racistes qui minent la société française d’aujourd’hui : les homosexuels FN qu’elle a interrogés rapportent qu’ils ont vécu, ou plutôt que certains qu’ils connaissent ont vécu, des agressions homophobes perpétrées par des « musulmans ». Il s’agirait de quantifier ce fait, et de se demander d’où provient l’homophobie supposée des racisés de France…

Il est loin, du moins pour les gays, le temps de la convergence des luttes homosexuelles, féministes, queer et antiracistes contre le patriarcat blanc et hétéro. À moins que, pour paraphraser Aragon, la lesbienne ne soit l’avenir de l’homo ?

AGNÈS FRESCHEL
Mai 2016

NB : L’auteure et son éditeur Les Editions du moment font l’objet d’une attaque en justice du Conseiller régional PACA Philippe Vardon, ex dirigeant des Jeunesses Identitaires et de Nissa rebella (mouvement qui distribuait de la soupe au lard aux SDF), et a été condamné autrefois pour « reconstitution de ligue dissoute et incitation à la haine raciale ».

Son adhésion au Rassemblement Bleu Marine a été finalement admise par Marine Le Pen lorsque sa nièce l’a placé en 5e position sur la liste des Alpes-Maritimes aux Régionales : la candidate a expliqué qu’il avait « beaucoup changé. ». Dans son livre L’Imam Estrosi, demain à Nice, 20 mosquées ?, Philippe Vardon reproche au maire de Nice de vouloir islamiser sa ville, et appelle l’UMPS Une Mosquée Par Seconde.

Pourquoi assigner Marie-Pierre Bourgeois en justice ? À la page 177 de Rose Marine, il est écrit que Philippe Vardon apparaît dans le documentaire Rassemblement Bleu Marine, le chant nazi du petit nouveau d’Aziz Zemouri « faisant le salut nazi en entonnant un hymne antisémite ». Notre désormais Conseiller régional réfute d’avoir fait le salut nazi (et effectivement seuls ses camarades autour de lui lèvent le bras). Il demande le retrait du livre, sans nier le chant antisémite.

Rose Marine
Marie Pierre  Bourgeois
Enquête sur le FN et l’homosexualité
Editions du Moment 18,50€

limamestrosi-couv