La Région Paca se numérise pour le tourisme

La Région Sud-Paca en très haute résolutionVu par Zibeline

La Région Paca se numérise pour le tourisme - Zibeline

Un partenariat entre la collectivité et une plateforme de numérisation offre un outil de communication aux professionnels du tourisme.

Le 20 juillet, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, invitait les professionnels du tourisme pour leur présenter un outil destiné à décupler la visibilité du territoire, en promouvant la « marque Sud » à l’international. The Explorers est une plateforme privée qui répertorie le patrimoine naturel, numérisant en très haute résolution reliefs, plaines et littoraux remarquables… Toutes choses dont la France regorge. C’est donc avec une bande-annonce digne de Game of Thrones, violons et cuivres épiques sur fond de lavandes et galops en Camargue, que l’élu a présenté un partenariat qui donnera pour 20 ans accès gratuitement à tous les professionnels du tourisme de Paca à la banque d’images constituée par l’équipe d’Olivier Chiabodo. Photographies, vidéos, dessins des plus beaux paysages de la région. L’objectif étant de « sauver ce que l’on peut sauver de la saison 2020 », marquée par le Coronavirus, et d’anticiper les suivantes, en assurant au secteur des ressources de qualité pour étoffer ses supports de communication. Ce « Netflix ou Facebook de la nature » (dixit M. Chiabodo) a séduit le Comité régional de Tourisme et Atout France (Agence de développement touristique du pays), autres parties prenantes du partenariat. Les réactions des professionnels ont également été positives lors de la présentation : éprouvés par la pandémie, ils ont salué cette attention qui leur permettra, d’après un intervenant lors des échanges avec la salle, d’harmoniser le rendu de leurs sites et plaquettes.

« Une Cop d’avance » ? Chiche !

Bien sûr, ce secteur économique est particulièrement important dans le sud-est : en interaction avec le tissu culturel, notamment les très nombreux festivals, il assure de multiples emplois, et malgré une forte urbanisation, table sur un patrimoine naturel exceptionnel pour attirer le chaland. Cependant, comme le soulignaient nos confères de Télérama en juin dernier, remettre en question le tourisme de masse n’est plus tabou. Peut-on continuer à vouloir attirer une clientèle internationale qui arrive souvent en avion, mode de transport ultra-polluant, et sature les sites* ? Ce n’est pas l’avis de l’anthropologue Saskia Cousin, spécialiste du sujet : « Comme une industrie céréalière qui épuise ses sols, l’industrie touristique épuise ses destinations », aime-t-elle à dire, déplorant que ce secteur se soit focalisé sur une rente sans penser à l’avenir. La Région Sud-Paca ambitionne d’avoir « une Cop d’avance ». Dans cette optique, il devrait être possible de mener une réflexion de fond sur les pratiques touristiques. Cela pourrait, d’ailleurs, aller de pair avec une modération numérique : la très haute définition implique un fort gaspillage d’énergie. Pour s’assurer une bonne communication, les professionnels du tourisme pourraient se satisfaire d’une résolution d’image plus basse, suffisant à des impressions de qualité.

GAËLLE CLOAREC
Juillet 2020

* Un article éclairant de Reporterre détaille l’exemple des magnifiques gorges du Toulourenc, entre Drôme et Vaucluse, où « les photos aux couleurs léchées, postées sur internet et les réseaux sociaux, ont attiré les curieux« , ce que dénoncent les acteurs locaux. Le Maire de Saint-Léger-du-Ventoux vient d’interdire l’accès à la rivière.

Illustration : Champ de lavandes – CC0 Domaine public