Qu'attendent-ils d'une politique culturelle régionale ? La réponse de Yohanne Lamoulère (6/10)

La photographie partout

Qu'attendent-ils d'une politique culturelle régionale ? La réponse de Yohanne Lamoulère (6/10) - Zibeline

par Yohanne Lamoulère (photographe, Marseille)

Légitimement, on s’attendrait à ce que les collectivités territoriales œuvrent à la promotion de la diversité et à la démocratisation des expressions culturelles, quelles qu’elles soient. Malheureusement, dans les faits on est souvent sidéré devant la hiérarchisation des cultures entre elles, et les pouvoirs publics, par souci de simplification mais aussi par véritable volonté politique, privilégient toujours les cultures dominantes, les secteurs les plus forts et les structures les plus professionnalisées. Après avoir fait voter la loi de sécurité globale qui malmène le métier même de photographe, le 31 décembre dernier a été publié au Journal officiel un décret de réorganisation du ministère de la Culture reléguant la délégation à la photographie au rang de simple bureau. Une sous-catégorie dans les arcanes ministériels. Ce gouvernement a décidément un sérieux problème avec l’image et la photographie. Or, la photographie est partout, a besoin d’être menée intelligemment, étudiée, comprise. On voudrait la voir hors des imposantes manifestations éphémères qui deviennent légions à Marseille, mais aussi la reconnaître en dehors des Rencontres d’Arles, ce mastodonte estival. Pour ce qui est de la photographie documentaire, le combat est encore plus ténu, mais il vaut d’être mené.

Propos recueillis par LUDOVIC TOMAS
Avril 2021

Photo : Yohanne Lamoulère © Bruce Paoli



Qu’attendent-ils d’une politique culturelle régionale ? Une question posée par Zibeline à dix acteurs culturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur, à l’approche des élections régionales.

Ci-dessous, les réponses de :
Eloïse Mercier
Germana Civera
Françoise Adamsbaum
Laurent Eyraud-Chaume
Olivier Py
Fred Jumel
Manu Théron
Benoît Arnulf
Béla Czuppon