Rencontre avec Claude Freissinier, fondateur d'Arts et musiques en Provence

La passion made in Provence

Rencontre avec Claude Freissinier, fondateur d'Arts et musiques en Provence - Zibeline

Arts et musiques en Provence, opérateur culturel pluridisciplinaire, tisse depuis une vingtaine d’années des liens de proximité entre publics, artistes et territoires. Rencontre avec son fondateur, Claude Freissinier.

C’est un job d’été qui fera de Claude Freissinier un mélomane. Pendant une quinzaine d’années, celui-ci s’abreuve de musique grâce au Festival méditerranéen, une manifestation itinérante de Menton à Perpignan, dont il intègre l’équipe organisatrice en tant que stagiaire. « J’avais 19-20 ans, j’étais étudiant en droit, à Aix et je découvrais tout ce monde-là. En jazz, c’était Claude Bolling, Michel Petrucciani, Didier Lockwood, Stéphane Grappelli… Dans le lyrique, Montserrat Caballé, Ruggero Raimondi, Barbara Hendricks », se souvient ce diplômé de Sciences-Po qui vient de passer le cap du demi-siècle. Une expérience avec son lot d’« émotions » qui, devenue « passion », le conduira à créer, l’aventure du Festival méditerranéen terminée en 2003, Arts et musiques en Provence, reprenant le principe d’itinérance. Un nom choisi comme une évidence, pour valoriser la diversité culturelle qui se diffuse depuis le territoire. Son ambition : « favoriser modestement l’accès à la culture pour tous. Comme je suis quelqu’un de concret -je suis fils d’agriculteur- je voulais amener les artistes dans les écoles, les collèges… » Depuis, Arts et musiques en Provence ne cesse de militer « pour une culture de proximité et de terrain », en proposant ses journées musicales et une multitude d’autres rendez-vous. De l’« action culturelle, pédagogique et sociale » qui se termine toujours par un concert. Dès le début, la structure investit le milieu rural, notamment les Alpes-de-Haute-Provence d’où le fondateur est originaire. Et de s’adresser aux personnes isolées et fragilisées, poussant les portes des hôpitaux et Ehpad. « Aujourd’hui, on organise quelque 350 propositions par an, dans plus de 100 villes, pour environ 50 000 personnes et avec 150 artistes salariés. »

À dimension humaine

Organisation de concerts et d’événements, actions éducatives, ateliers, stages, résidences, aide à la création, accompagnement d’artistes, production discographique, Arts et musiques en Provence se mobilise sur tous les fronts. Un travail pluridisciplinaire reconnu et soutenu par de nombreuses collectivités, toutes restées fidèles à ce jour. En 2012, un drame personnel amène Claude Freissinier à Marseille, pour se « reconstruire », rencontrer de nouveaux artistes et partenaires. Le volet production commence alors à se développer en même temps que l’équipe s’étoffe. Elle compte sept permanents, CDI, CDD, intermittents et micro-entrepreneurs. Parmi les premiers spectacles produits, Les brigandes du Château d’If, créé le 5 juin 2015 au Théâtre Silvain, rend hommage à l’opérette et aux chansons marseillaises. Trois ans plus tard, Le cabaret marseillais prend ses quartiers au Théâtre de l’œuvre, avec la participation d’habitants de Belsunce. Musiques du monde, traditionnelles ou classique mais aussi chanson française, jazz et lyrique, populaire est sans doute le qualificatif qui correspond le mieux à l’esprit d’Arts et musiques en Provence. Quelle que soit l’esthétique et sans a priori géographique. Depuis six ans, la musicienne chinoise Sissy Zhou est entrée dans le cercle qui ne cesse de s’élargir des artistes défendus. Au-delà de la sensibilité artistique, il y a la dimension « humaine » qui prend sens à travers « les valeurs » communes telles que « la volonté de transmettre à tous les publics, de donner des clefs, de partager. C’est capital ». Des aptitudes qui ne vont pas de soi car elles impliquent « générosité et disponibilité ». Le même sens du partage guide la démarche partenariale. « On a beaucoup développé la co-construction de projets avec d’autres opérateurs culturels de la région Sud. » C’est le cas des festivals Caravansérail avec la Cité de la musique ou encore la Maison du chant, Flamenco Azul avec Solea. Et, dans un futur plus ou moins proche en fonction du contexte sanitaire, un nouveau festival, Pianos en fleur, en collaboration avec Nine spirit, la compagnie de Raphaël Imbert, qui alliera, le dernier week-end de juillet, musique et botanique au Parc Borély. Exporter les artistes régionaux à l’étranger fait aussi partie des objectifs. Il y a trois ans, le quartet Les quatre vents a été programmé dans des clubs de New-York et Montréal, dans le cadre de l’opération de promotion French quarter et sur proposition du Marseille jazz des cinq continents.

Une mise en commun sans laquelle l’équipe d’Arts et musiques en Provence ne vivrait peut-être pas l’onde de choc de la Covid aussi sereinement. Pam, Zone franche, FAMDT, SMA, Prodiss, la structure a intégré au fil des ans divers réseaux, regroupements et syndicats, à l’échelle régionale et nationale. « En temps de crise, qui n’est pas que sanitaire et économique mais aussi morale, c’est plus que vital d’être unis et solidaires, au-delà des querelles de chapelle. »

LUDOVIC TOMAS
Avril 2021

artsetmusiques.com



Un nouvel écrin à Arles

Il se nommera Le Mas des oursons et devrait ouvrir en juin. « J’ai envie depuis longtemps d’un éco-lieu ancré dans le pays d’Arles que je connais bien pour avoir longtemps habité à Salin-de-Giraud », explique Claude Freissinier qui a investi sur ses fonds propres pour donner le jour à cette Sas située dans le village de Pont-de-Crau. Le croisement entre activités culturelles et touristiques constitue le cœur du projet. Résidences d’artistes et concerts mais aussi chambres d’hôtes, stages et séjours thématiques autour de disciplines artistiques, du jardin et de la cuisine. « Je reviens à mes racines paysannes, la terre me manquait un peu. On est en train d’installer un verger, un potager, des plantes aromatiques et médicinales. » Dans le même esprit de transmission et de partage qu’à Arts et musiques en Provence dont Le Mas des oursons est « une émanation dédiée au bien-être ». Conférenciers, chefs, jardiniers et musiciens. Aucun doute que la recette devrait fonctionner et séduire

masdesoursons.com

Photos : Claude Freissinier et quatuor Les Quatre vents © X-D.R.