La culture instrumentalisée au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

La culture, une loterie électorale ?

La culture instrumentalisée au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône - Zibeline

Qu’en est-il de la culture au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône ?

L’un des orgueils légitimes de notre pays est d’avoir rendu public l’accès à la culture, or depuis le printemps dernier une protestation d’ampleur se manifeste contre les instances des Bouches-du-Rhône.

La culture départementale y est instrumentalisée, que ce soit par les choix thématiques, les formes et les fonds, la gestion des lieux, la répartition des financements, la désignation des directions… Martine Vassal, candidate désormais déclarée à la succession de Jean-Claude Gaudin, affiche sur les façades de Marseille, à deux pas de la rue d’Aubagne, que l’argent du Département sert déjà à compenser les défaillances de la ville. Une main mise économique qui, en matière de culture, se révèle idéologique, et pragmatique : il s’agit de transformer la culture publique, comme les travaux publics, en communication politique.

La culture y est considérée, à l’instar de n’importe quel support commercial, comme un vecteur promotionnel. D’où un goût prononcé pour l’évènementiel au détriment de la recherche et de la réflexion rendues accessibles par le fin travail d’une vulgarisation intelligente. Le Collectif Culture CGT 13 ainsi que le syndicat FSU évoquent la suppression des expositions des archives et de la bibliothèque départementale voulue par le département, sans compter la réduction hallucinante de la programmation culturelle, « 29 manifestations en 2018 contre 70 en 2017 ». Comment s’étonner, alors que l’offre est si diminuée, que la fréquentation soit en chute libre ? « 77% de public en moins entre 2016 et 2018 »…

Martine à la Guerre

Comment comprendre que soient qualifiés de « culturels » les « objets dérivés » ! Orner des cartons de pizza avec des documents d’archives, telles des lettres de poilus, des sets de table avec la commémoration de l’Armistice, est-ce judicieux ? L’on n’ose parler de pertinence, à ce propos, tant on entre dans une zone de limites qu’il vaut mieux ne pas qualifier sous peine de dépasser celles de la bienséance.

Mais vendre avec le sang, les larmes, les grands moments de l’Histoire, relève de l’indécence… de même que la baisse des crédits alloués, le manque des agents d’accueil qui a fait fermer pour la première fois depuis sa création en 1995 le merveilleux Musée Départemental de l’Arles Antique qui depuis le départ de Claude Sintès n’a toujours pas de nouveau directeur ! et qui, à la place de l’élaboration de ses propres expositions, a réalisé l’exposition On n’a rien inventé au Musée d’Histoire de… Marseille. Personne n’en conteste l’importance et les remarquables collections, mais pourquoi le personnel du musée départemental y est-il affecté, sinon parce qu’il est plus apte à servir la campagne électorale de Martine Vassal que les institutions arlésiennes. Ne parlons pas du Museon Arlaten, fermé depuis 2009 pour rénovation et qui ne rouvre pas faute de directeur nommé, et de personnel : pas d’ingénieur ni d’ouvrier technique polyvalent, ni les seize agents d’accueil nécessaires ! Arles, ville de gauche, hors de la Métropole AMP, n’est décidément pas un enjeu politique.

Martine à la pêche

Avec humour, après le mouvement des agents de l’ensemble des établissements culturels du Département des Bouches-du-Rhône (Archives et bibliothèques départementales, Musée départemental de l’Arles antique, Museon Arlaten) dont le caractère inédit et le suivi ont tenté d’alerter public et tutelles, le Collectif Culture CGT 13 et le syndicat FSU lancent une « grande loterie des établissements culturels départementaux ». À la clé une « question-mystère » : « Où va la culture au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône ? ». Parodiant la Grande Loterie du Patrimoine organisée à l’occasion des journées du même nom, les enchères sont lancées en quête, non de subsides, mais d’idées, voire de réponses… même si l’on en connaît déjà une : la culture au Département 13 va à Marseille, dans la promotion de la Provence, de la cuisine et de la Grande Guerre, et de Martine Vassal.

AGNES FRESCHEL et MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2019

cgt-cd13.org

Visuels : -c- Collectif Culture CGT13