Le directeur du GMEM réagit au transfert de la compétence Culture envisagé par la Région Paca

Inconséquent

Entretien avec Christian Sébille, directeur du GMEM, Centre National de Création Musicale de Marseille.

Zibeline : Vous vous êtes élevé contre le transfert de la compétence Culture envisagé par la Région Paca. Pour quelle raison ?

Christian Sébille : En tant que président des Centres Nationaux de Création Musicale, je ne peux que m’inquiéter de cette initiative. Non seulement elle transfère les financements de la DRAC vers la Région, mais elle lui donne aussi ses responsabilités, son pouvoir décisionnaire, politique.

N’avez-vous pas été rassuré lors du repas à la Région organisé par Renaud Muselier ?

Pas du tout. Personne n’a rien compris à ce qu’il signifiait. Le président a affirmé son soutien au secteur culturel, dont je ne doute pas, mais confirmé aussi qu’il était en train de discuter avec le Ministère d’une nouvelle étape de la déconcentration. C’est extrêmement dangereux.

En quoi ?

Entre autres, et surtout, parce que Le Pen est aux portes de la Région. Si la catastrophe arrive, et elle peut arriver, les premiers à prendre, comme dans tous les régimes totalitaires, ce seront les artistes, en particulier les écrivains, les musiciens et les plasticiens contemporains jugés décadents. Il faut être un peu conséquent dans ce contexte. En tant que directeur d’une structure d’État, je pense à ce que je vais laisser derrière moi, je travaille pour l’avenir. Et je suis sidéré par ceux qui n’envisagent pas de garde-fous dans ce futur qui nous menace.

Propos recueillis par AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2019