Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le climat, nœud gordien de l'anthropocène, étudié dans ses spécificités méditerranéennes à la Medcop21

Du climat et des hommes

• 4 juin 2015⇒7 juin 2015 •
Le climat, nœud gordien de l'anthropocène, étudié dans ses spécificités méditerranéennes à la Medcop21 - Zibeline

Le 4 juin, le président de la République est venu à Marseille lancer la Medcop21, rencontre des acteurs de la Méditerranée sur le changement climatique, préparatoire à la 21e Conférence des Nations Unies qui aura lieu à Paris à la fin de l’année. Accueilli par le président de Région, Michel Vauzelle, et par le maire Jean-Claude Gaudin, il a précisé les enjeux de la Cop21, avec l’espoir d’y conclure un accord substantiel. Les points épineux sont toujours sur la table, notamment la forme juridique que prendrait cet accord, contraignant ou pas pour les signataires, et les nuances entre pays, selon leur degré de développement et leur capacité de lutte contre le réchauffement climatique. François Hollande a soulevé la question du financement, déterminante, et évoqué le Fonds vert initié à Copenhague en 2009, qui s’élève aujourd’hui à 10 milliards : «il faudra aller jusqu’à 100 milliards à partir de 2020». Conscient du fait que «l’indifférence est l’ennemi contemporain», il souhaite mettre en place une politique de long terme. Des propos que l’on espère sincères, de la part d’un homme qui jusqu’à récemment ne s’était pas particulièrement engagé en matière environnementale.

Le climat, nœud gordien de l’anthropocène

Assister aux nombreuses tables rondes prévues par la Medcop tenait un peu de l’épreuve d’endurance, tant les enjeux du réchauffement climatique sont anxiogènes. C’est avant tout une réalité scientifique : selon Jean-Paul Moatti, PDG de l’IRD, «les incertitudes qui subsistent ne doivent pas servir de prétexte à la tergiversation» et «s’atteler à un dispositif de surveillance des écosystèmes devrait être l’un des objectifs prioritaires». Pour Loïc Fauchon, président de la Société des Eaux de Marseille, «40% de la population en Méditerranée est en situation de stress hydrique, de Gibraltar à la Corne de l’Afrique un triangle de la soif se dilate». Acidification des eaux marines, effondrement de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles, crises alimentaires, insécurité géopolitique, tout est impacté par la montée de la température. Hafez Ghanem de la Banque Mondiale le formule ainsi : «notre région est en ébullition, et connaît la plus grande crise de réfugiés depuis la 2e guerre mondiale ; le changement climatique agit comme un démultiplicateur».

Que faire ?

Des leviers efficaces se sont dessinés, pour peu que l’on soit prêt à un nouveau paradigme. Pour Serge Telle, président de l’AVITEM, c’est même «le temps des opportunités : plus la crise climatique se développe, plus elle est favorable à un véritable changement de nos modèlesHenry Marty-Gauquié, directeur de la BEI, veut mobiliser l’ensemble de l’économie financière, y compris les assureurs, «et surtout dans la transparence si on veut être crédible !» Gaël Giraud de l’Agence Française de Développement décrit des «marchés financiers qui fonctionnent comme des trous noirs, captent tout et ne restituent rien», avec pour conséquence la difficulté à financer des projets dans l’économie réelle, alors que les solutions techniques existent. Selon lui les économistes doivent repenser leurs modèles, le PIB étant un très mauvais indicateur. Pascal Canfin du World Resources Institute estime quant à lui que l’heure est venue de faire migrer progressivement le capital mondial vers les industries et infrastructures compatibles avec un réchauffement maintenu à 2°C.

«Marseille est prête, Paris n’a qu’à bien se tenir»

Ainsi se concluait l’allocution de François Hollande lors de la cérémonie d’ouverture. Que Paris n’ait plus qu’à bien se tenir, c’est une évidence. Que Marseille soit prête, c’est encore autre chose, le quotidien irrespirable de ses habitants en témoigne, et ce n’est pas la prestation de Robert Assante à la tribune qui aura pu nous rassurer. On lui reconnaîtra tout de même un élan de lucidité : «Nous qui n’avons pas les mêmes difficultés (que les pays les plus pauvres, NDLR), comment se fait-il que nous n’arrivions pas à faire plus ? Cela n’avance pas si vite que ça». Certes ! En matière de transports en communs et de qualité de l’air, tout reste à faire. Et comme le soulignait le délégué général de l’IPEMED, Jean-Louis Guigou, «la compétition entre les collectivités va se jouer à l’avenir sur leur capacité à assurer qualité de vie et cohésion sociale».

GAËLLE CLOAREC
Juin 2015

logo sans femme light

La Medcop21 a eu lieu la Villa Méditerranée à Marseille les 4 et 5 juin, le Village des Solutions présentant une trentaine de projets concrets s’est tenu sur son parvis jusqu’au 7 juin.

Photos : Allocution de François Hollande à la Medcop21 et façade de la Villa Méditerranée -c- G.C.

François-Hollande


Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille
04 95 09 42 52
http://www.villa-mediterranee.org/