Le site marseillais de l’École Nationale Supérieure de Paysage menacé de fermeture par le ministère de l’Agriculture

Des paysagistes en Méditerranée !

• 6 février 2016, 8 février 2016 •
 Le site marseillais de l’École Nationale Supérieure de Paysage menacé de fermeture par le ministère de l’Agriculture - Zibeline

Par un courrier daté du 24 novembre dernier, le ministère de l’Agriculture envisage la fermeture progressive du site marseillais de l’École Nationale Supérieure de Paysage (ENSP), pour recentrer la formation des paysagistes sur Versailles. Cette décision, probablement plus administrative que politique, selon nos sources, serait même un non-événement, vu de la capitale. Dans la cité phocéenne, on ne comprend pas ce qui la motive : l’ENSP Marseille est l’un des seuls établissements en Europe à étudier le bassin méditerranéen, ses spécificités environnementales, sociales et géopolitiques.

Enseignants et élèves se mobilisent pour que vive leur école, centrée sur les enjeux les plus brûlants de notre siècle : car un paysagiste se nourrit d’histoire, de sociologie, s’imprègne d’un territoire et de la vie de ses habitants pour pouvoir mieux les défendre. Le ministère de l’Agriculture n’a, au jour où nous publions ces lignes, pas répondu à nos sollicitations, ni répondu officiellement à ceux, nombreux, qui s’inquiètent du devenir du site marseillais. Le Maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, a adressé un courrier à Manuel Valls pour l’interpeller sur la question, l’Union Française des Etudiants du Paysage a écrit aux différents ministères concernés, celui de l’Agriculture, donc, mais aussi ceux de l’Éducation nationale, la Culture, l’Écologie et de la Décentralisation. Une pétition circule sur la plateforme Avaaz, particuliers et structures telles que le Réseau des Grands Sites de France ont manifesté leur soutien à l’école, et la presse locale relaie la situation comme il se doit. La journée porte ouverte du site, le samedi 6 février, permettra de faire circuler plus encore l’information auprès du grand public.

Cette mobilisation sera-t-elle suffisante pour éviter la fermeture ? En tout état de cause, le nombre de places disponibles pour la prochaine promotion de l’ENSP est stable, selon l’arrêté qui les détermine chaque année, et ne précise pas leur répartition entre Versailles et Marseille : 55 places en 1re année au concours externe, 5 au concours externe. Seule nouveauté, la possibilité de recruter directement en 2e année. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 8 février à minuit, et les candidatures ne devraient pas manquer, si l’on en juge par l’enthousiasme manifesté par les étudiants quant à l’enseignement qu’ils reçoivent dans l’établissement.

Cependant, même si sa tutelle administrative devait faire machine arrière et renoncer à sa suppression, l’école marseillaise reste circonspecte : une «simple» réduction de voilure visant à appliquer des principes d’austérité serait tout aussi problématique. Pour exister, elle doit développer des partenariats de qualité, et pour cela, une «masse critique» minimale est nécessaire.

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2015

Page Facebook de la mobilisation :
https://www.facebook.com/contrelafermeturedelENSP/

Pétition en ligne : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Stephane_Le_Foll_Ministre_de_lAgriculture_Sauvons_lENSP_Marseille/

Photo : étudiants de l’ENSP-Marseille -c- G.C.

Ecouter ici notre reportage audio