Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Enseigner l'esprit critique et l'usage des médias, avec le Clémi et le réseau Canopé

Derrière l’actualité

Enseigner l'esprit critique et l'usage des médias, avec le Clémi et le réseau Canopé - Zibeline

Information, désinformation, théories du complot, fake news… Enseigner l’esprit critique, un sacré défi.

Un Forum des Médias avait lieu le 12 avril dans les locaux de l’ex-CRDP, désormais Canopé1, à Marseille. Rassemblant élèves, enseignants et professionnels de la presse, il s’agissait de récompenser les meilleurs médias scolaires de l’Académie d’Aix-Marseille, réalisés en classe sous forme écrite, radio ou multimédia. Après la remise des prix, une douzaine d’ateliers étaient prévus, portant sur la déontologie du journaliste, l’édition d’un journal papier, ou encore l’animation d’une webTV.

Dessiner l’actu

L’un des ateliers était consacré au dessin de presse : les auteurs Ysope (Le Ravi) et Red (Le Ravi, Reporterre, L’Âge de faire) répondaient chaleureusement aux questions des jeunes sur leur métier. Pour rassurer les aspirants dessinateurs, le premier expliquait qu’« inventer un style, ça peut prendre 10 ans » ; le second précisant : « Moi je voulais avoir le trait de Franquin, et au final je travaille comme Hergé, en laborieux ». Pour opérer une synthèse de l’actualité en une image la plus évocatrice possible, il leur faut « transformer la réalité brute avec notre lumière », en évitant l’écueil de l’autocensure. Démonstration immédiate, ils ont croqué en deux coups de crayon un zadiste effacé du paysage par le gaz des lacrymos, ou Emmanuel Macron en soutane de prêtre, avant de se faire dédicacer, avec esprit de corps et générosité, les œuvres des élèves.

Enseigner l’esprit critique

Un peu plus loin, l’atelier Désinformation et esprit critique ne comptait que des adultes. L’occasion pour les enseignants de faire état de leur détresse : « Il est difficile, voire impossible, d’organiser un simple débat en classe, où l’on s’écoute parler les uns les autres, sans tomber très vite dans la défiance et les invectives ». En cause, le passage continuel du monde virtuel où règnent les trolls2 au monde réel, et l’attrait pour l’émotionnel au détriment de l’analyse : « Internet est la nouvelle industrie du divertissement ; plus c’est gros plus ça passe ». Qu’est-ce qui fait que l’on accepte une information sans contester sa validité ou même s’interroger à son sujet ? Qui a intérêt à mener le lecteur ou l’internaute sur tel ou tel terrain ? Thierry Dargent, représentant du Mesclun, publication portée par des habitants de la cité des Flamants (14e arrondissement de Marseille), soulignait avec raison que les journalistes professionnels peuvent aussi faire des choix idéologiques à questionner : « Ce que l’on ne dit pas ou ne montre pas est également révélateur ».

Les professeurs présents au Forum des Médias se sont sentis très seuls ces dernières années, même si des outils, développés notamment par le Clémi3, apparaissent. Sur les tables, on trouvait en accès libre brochures et dossiers pédagogiques. Le thème 2018 de la Semaine de la presse et des médias dans l’école était « D’où vient l’info ? ».

Mais où va-t-elle ?

GAËLLE CLOAREC
Mai 2018

1 Réseau de création et d’accompagnement pédagogique dépendant du ministère de l’Éducation Nationale.

2 Provocateurs agressifs sur les réseaux informatiques

3 Centre pour l’éducation aux médias et à l’information, il a pour mission d’apprendre aux élèves une pratique citoyenne des médias.

Illustrations : Un zadiste, dessiné par Red, et Emmanuel Macron, dessiné par Ysope -c- G.C.