Entretien avec Françoise Arnaud Rossignol, présidente de l’association Les Amis de sortieOuest à Béziers

Résister à Béziers

Entretien avec Françoise Arnaud Rossignol, présidente de l’association Les Amis de sortieOuest à Béziers - Zibeline

sortieOuest, en proie à des difficultés financières, est soutenue par une association active et déterminée. L’État et la Région Occitanie vont-ils mettre en place une politique volontariste de résistance au FN, comme ils l’ont fait à Châteauvallon lorsque Toulon avait élu un maire Front national ? Rencontre avec la Présidente de l’association Les Amis de sortieOuest, constituée récemment.

Zibeline : Quelle est l’histoire de sortieOuest ?

Françoise Arnaud Rossignol : C’est une scène qui est née il y a dix ans, soutenue par le Conseil général à l’époque. Un grand chapiteau un peu improbable, et devenu aujourd’hui indispensable. Jean Varela a su donner à ce lieu un ton particulier, multiforme. SortieOuest programme du théâtre, mais aussi du jazz, de la musique classique, rayonne sur le territoire biterrois et au-delà, se déplaçant dans les villages, travaillant avec plus d’une dizaine de lycées. Un véritable service public.

Le définiriez-vous comme un lieu de résistance, dans le contexte politique fortement marqué par le Front national ?

Certainement, même si nous ne faisons pas de politique, sinon avec un grand P. Dans notre comité de soutien il y a des gens de toutes tendances, hors le Front national.

Quelle est l’origine du problème financier de sortieOuest ?

La construction de ce lieu s’est faite sur des bases budgétaires qui n’ont jamais été consolidées. Chaque année le Conseil départemental abondait un budget nettement insuffisant pour les 180 représentations, et une somme d’actions considérables. Cette année la restriction budgétaire n’a pas permis d’annoncer une programmation de saison au-delà de décembre. Ceci dit, depuis la création et le succès de notre association, le Conseil départemental a dit que le budget 2017 allait reconduire celui de 2016, ce qui est une victoire. La scène est aussi conventionnée pour les écritures contemporaines par l’État. Nous allons pouvoir annoncer la programmation 2017 en décembre. Mais il faudrait que tout cela évolue encore…

Vers quoi ?

La DRAC et la Région acceptent de nous recevoir. Il faut consolider le budget de façon pérenne, ils doivent s’engager davantage, s’ils veulent que Béziers ne sombre pas dans le silence artistique.

Quelles sont vos relations avec la municipalité de Monsieur Ménard ?

Aucune. Avant nous avions des spectacles coprésentés avec le Théâtre de Béziers. Aujourd’hui sortieOuest est un lieu d’équilibre important pour le Biterrois, ses habitants. Indispensable. Il faut que l’État et la Région en prennent conscience, et nous aident.

Entretien réalisé par AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2016