Extraits d'un entretien avec Charb, accordé à Zibeline en juillet 2012

Rencontre avec Charb

Extraits d'un entretien avec Charb, accordé à Zibeline en juillet 2012 - Zibeline

En juillet 2012 nous avions rencontré Cabu, Pelloux… et Charb qui nous avait accordé un entretien, et quelques dessins. Extraits.

Quel est le rôle de Charlie ? L’info ou la satire ?

Moi ce qui m’intéresse dans Charlie, depuis que je suis môme, c’est les dessins et le ton, ce ton indépendant qu’on ne trouve pas ailleurs ; on est sûr en lisant Charlie qu’on ne trouve pas un gros industriel derrière, qu’on ne renvoie pas les ascenseurs…
Moi je suis rentré à Charlie pour l’humour, la satire, mais aussi sur des positions politiques d’antimilitarisme. J’ai connu l’équipe au moment de la Grosse Berta, un journal qui s’était monté contre la guerre d’Irak, parce qu’on ne défend pas des bombardements sur des populations civiles.

Que penses-tu de la presse gratuite ?

Qu’elle n’est pas gratuite ! Avec 20 minutes ou Métro la pub paye le journal, mais les marques qui font cette pub se remboursent en vendant plus cher leur produit dans le supermarché ; tu payes le budget publicitaire de Danone qui prend des pubs dans 20 minutes : c’est une espèce de TVA… privée. Dans Zibeline, là, je vois une pleine page de pub d’un théâtre : vous allez pouvoir en dire du mal ?

Ben oui, on ne se gène pas. Heureusement les théâtres n’ont pas les mêmes mœurs que Danone, ils comprennent -en gros- la nécessité́ de la critique. Pourtant Oncle Bernard (Bernard Maris) défend la gratuité, non ?

Mais lui il défend la gratuité sur Internet des produits culturels. Moi je suis pour que tout soit gratuit, qu’on trouve un système dans lequel chacun pourrait se procurer les biens essentiels de manière gratuite.

Ce système, tu en as une idée ?

Oui, c’est l’union soviétique, grosso modo.

…. !!!!???

Pour moi c’est un modèle, un modèle qui a foiré parce que personne n’a joué le jeu, et certains ont profité pour détourner le système. Il aurait fallu que chacun soit partie prenante de ce système, soit volontaire. Si tu as une opposition, à partir du moment où toute la classe ouvrière n’est pas d’accord pour aller dans la même direction, c’est foutu.

Entretien réalisé en 2012 par RÉGIS VLACHOS

Intégralité dans Zibeline 33 disponible… gratuitement !
www.journalzibeline.fr/wp-content/uploads/pdf/zibel33.pdf

Dessin : Charb