Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La Région SUD s'engage pour la culture. Mais laquelle ?

Renaud Muselier aime la Culture

La Région SUD s'engage pour la culture. Mais laquelle ? - Zibeline

La Région SUD, refusant l’acronyme, s’engage pour la culture. Mais laquelle ?

La conférence de presse tenue sur la Péniche de la Région Sud à Avignon était paradoxale. Affichant un soutien véritable et une estime sincère des acteurs culturels -« la mission culturelle honore les Élus »-, rappelant leur poids économique et le fait que c’était un investissement rentable -« le Festival d’Avignon génère 65 millions de recettes directes »-, affirmant, surtout et encore, son inconditionnel engagement pour la liberté de création des artistes, Renaud Muselier se disait ouvert au dialogue et prêt à s’engager, « parce que la culture n’est pas un supplément d’âme, c’est notre ADN ».

Cependant les points abordés lors de cette conférence n’étaient pas de nature à rassurer profondément les acteurs culturels en danger de disparaître : éditer un nouveau site qui référence les salles de spectacle (sceneausud.com), ou des guides Culturo.fr ou Terre de Festivals, s’attacher à la production et la diffusion avec le dispositif Extrapole, sauver les Chorégies d’Orange, augmenter de 23% le soutien à 19 théâtres du territoire, soutenir les grands festivals comme Aix ou Avignon est nécessaire. Vital. Mais pas si cela se fait au détriment des compagnies, des artistes, des politiques d’inclusion dans la cité et de l’aide à l’emploi culturel.

On peut effectivement faire confiance aux opérateurs culturels, grands théâtres, producteurs, festivals, pour financer les réalisateurs, les compagnies, les artistes. Vertueux pour la plupart, ils le font dans un véritable esprit de service public. Mais ils concentrent entre leurs mains l’expertise et la décision, à tous les niveaux du processus créatif : ils jaugent et jugent, décident des cadres, produisent et programment, quand ils n’orientent pas la création vers leur thématique de saison, ou les goûts supposés de leur public.

Renaud Muselier se veut « le garant de la Liberté de création, de production et de diffusion pour les artistes ». Or il sait d’expérience, politiquement, où peut mener la concentration des pouvoirs exécutif et judiciaire par des experts désignés. Sa volonté de refonder la Conférence permanente des arts et de la culture en passera sans doute par une réflexion sur ce sujet-là.

AGNÈS FRESCHEL
Juillet 2018

Photo : c Franck Pennant