La coopérative des quartiers nords reçoit l'aval du ministère de l'économie

Reconnaissance des coopératives

La coopérative des quartiers nords reçoit l'aval du ministère de l'économie - Zibeline

On vous en parlait dans le Zib’61 : les 15e et 16e arrondissements de Marseille ont vu naître en 2011 une coopérative d’habitants composée à 80 % de femmes, qui proposent balades urbaines et chambres d’hôtes pour faire découvrir leur quartier autrement. Depuis trois ans, le projet atypique d’Hôtel du Nord était soumis à incertitudes, peinant à s’intégrer dans la législation appliquée aux professionnels du tourisme. Au mois d’avril, les sociétaires adressaient une lettre à Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation, pour lui demander de reconnaître leur spécificité. La réponse vient d’arriver, et elle est positive ! Désormais,  ils pourront maintenir haut et fort leurs critères : donner la primauté à l’hospitalité et au cadre de vie dans une filière courte, sans intermédiaire entre les hôtes et leurs «passagers» (comme ils nomment joliment leurs clients). Reste à compléter l’offre de services -qui comprend déjà la vente de produits locaux et l’édition d’ouvrages- en développant les propositions faites aux groupes et en harmonisant les tarifs de la coopérative. Et surtout à ouvrir un chantier juridique et technique pour voir s’il sera possible de bénéficier de la même fiscalité que les agences de voyage (qui ne paient la TVA que sur leurs marges), et mettre au point une bonne formule d’assurances déclinable à d’autres initiatives. Ailleurs dans le monde, de telles pratiques émanant de collectifs de particuliers se développent. Prosper Wanner, gérant d’Hôtel du Nord, cite les régions très froides du Canada, où les indiens concernés par les questions environnementales se rassemblent pour agir.

En France, Benoît Hamon a présenté début novembre au Sénat une loi consacrée à l’Économie Sociale et Solidaire, qui ne clarifie pas forcément les choses, selon Prosper Wanner : «Elle cherche à faire du nombre, dans un secteur où la demande participe certes d’un courant collaboratif et témoigne d’un vrai changement dans la population, mais où ceux qui répondent s’inscrivent trop souvent dans une démarche marchande.» Malheureusement, les start-up attirées par le flou juridique investissent l’ESS, de même que les grosses machines comme la SNCF récupèrent le covoiturage pour le rentabiliser. Autant de raisons pour rester vigilants sur les glissements fréquents d’une valeur éthique à une valeur mercantile, de façon à identifier les projets qui tiennent bon la barre de l’engagement coopératif.

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2014

Hôtel du Nord, Marseille
09 50 28 29 96
http://hoteldunord.coop

Photos :Hôtel-du-Nord-©—balade-du-Verduron-photo.N.Cazals et chambre-d’hôtes-chez-Brij-et-Vincent-©-X-D.R.jpg

chambre-d'hôtes-chez-Brij-et-Vincent-©-X-D.R