La programmation culturelle du Mucem, cet été à Marseille

YZ, SUM et Plan BVu par Zibeline

• 12 juin 2021⇒13 juin 2021, 3 juillet 2021⇒4 juillet 2021, 2 août 2021⇒8 août 2021, 27 août 2021⇒28 août 2021 •
La programmation culturelle du Mucem, cet été à Marseille - Zibeline

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée a rouvert ses portes sur une exposition de l’ultra-médiatique Jeff Koons (jusqu’au 18 octobre). Six autres, réparties entre le J4 et le Fort-Saint-Jean, sont à découvrir en cette période estivale (Déflagrations. Dessins d’enfants et violences de masse, Le grand Mezzé, Folklore, Les Résistances de A à Z, Civilization quelle époque ! et Le désir de regarder loin), nous y reviendrons dans le Zib’ à paraître en juillet. Mais il y a bien d’autres raisons de visiter le Mucem ! Période estivale rime avec festivals : le musée accueille de juin à septembre ses partenaires, le Festival de Marseille, Oh les beaux jours !, Actoral, Marseille Jazz des Cinq continents, et le FID. Quant à la programmation culturelle maison, elle reprend aussi.

Les générations YZ aux commandes

La génération Y est celle des « millénials », nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990. La génération Z lui a succédé, avec ceux qui sont nés entre 1995 et 2010. Considérant qu’on n’entend pas assez les jeunes, le Mucem leur donne carte blanche durant le week-end des 12 et 13 juin. Au programme de Paroles d’YZ, le samedi, les liens entre sexualité et identité, à travers la lecture, par Fatima Daas, auteure lesbienne et musulmane, d’un extrait de son roman La petite dernière (Ed. Noir sur Blanc), et deux projections. Vers la tendresse d’Alice Diop (évocation intime de la virilité dans une cité de banlieue, César du meilleur court-métrage 2017) et Le repas dominical de Céline Devaux (rituel familial éprouvant auquel est confronté chaque semaine un étudiant homosexuel, César du meilleur court-métrage d’animation 2016). Le dimanche, activisme et désobéissance civile face à l’urgence climatique seront abordés par deux artistes, Camille Étienne et Solal Moisan. Leur duo Pensée sauvage a pour objectif d’agir pour le changement en donnant envie d’y participer. Louable intention que partagent les autres invités, membres de Youth for climate Marseille, venus raconter les coulisses des mobilisations. Deux projections sont aussi prévues sur ce thème : Bachar à la Zad, excellent film documentaire de Pierre Boulanger où l’on voit deux jeunes renoncer aux baskets Nike (mais pas seulement) après une visite à Notre-Dame-des-Landes, et Panique au Sénat, fiction burlesque, féministe et écolo d’Antonin Peretjako.

Stand Up Mucem

La place d’armes du Fort-Saint Jean devrait résonner de rires les 3 et 4 juillet, entre les prestations du fameux Jamel Comedy Club, dont neuf jeunes talents monteront sur scène, et celles des dix-sept ( !) joyeux lurons du Garage Comedy Club, « temple de l’humour à Marseille » (pour l’heure en travaux rue des Trois frères Barthélémy, avant une ouverture prochaine). De la timidité à la misère sexuelle, en passant par le romantisme, il n’est pas de sujet difficile qu’ils n’oseront aborder. Les spectacles seront en entrée libre, de même que les ateliers d’initiation au stand up qui rythmeront ces deux jours, à la découverte de l’art étonnamment travaillé de l’improvisation.

Plan B, etc.

Le désormais traditionnel Plan B du Mucem est un rendez-vous estival prisé par ceux qui ne partent pas en vacances, comme par les touristes découvrant la cité phocéenne. Cette édition 2021 sera surtout cinématographique, avec les séances en plein air proposées par Tilt (à lire p.49). C’est aussi l’occasion d’assister à une comédie musicale, Gong !, « show visuel et chorégraphique sur la forêt, les smartphones et le temps qui passe » concocté avec amour et ironie par le groupe Catastrophe (les 5 et 6 août). Ou encore d’écouter deux concerts mettant à l’honneur la scène pop émergente, dont l’affiche sera assurée par le festival Mirélo (Bulles pop, les 7 et 8 août).

Enfin, histoire de se retrouver une dernière fois avant la rentrée, rendez-vous est donné par Les Rencontres à l’échelle les 27 et 28 août pour un spectacle au long cours, Les Forteresses, trois monologues du dramaturge Gurshad Shaheman, basés sur des entretiens avec sa mère et ses tantes, militantes Iraniennes n’ayant jamais renoncé à leur émancipation.

GAËLLE CLOAREC
Juin 2021

Paroles d’YZ
12 & 13 juin

Stand Up Mucem
3 & 4 juillet

Plan B
2 au 8 août

Les Forteresses
27 & 28 août

Photo : Fatima Daas © Olivier Roller

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org