12ème édition pour FFM, un regard sur le cinéma toujours riche et pertinent

Yeux ouverts et tête haute

• 4 octobre 2017⇒22 octobre 2017 •
12ème édition pour FFM, un regard sur le cinéma toujours riche et pertinent  - Zibeline

Parmi les nombreux festivals de cinéma en Région PACA, les Rencontres Films Femmes Méditerranée ont su en un peu plus d’une décennie acquérir une notoriété méritée et affirmer d’année en année l’originalité de leur projet : mettre en valeur le travail des réalisatrices méditerranéennes. Pour cette 12e édition qui se déroulera du 4 au 22 octobre à Marseille, Hyères, La Ciotat, Port-de-Bouc et Cucuron, de nombreux invités et pas moins de 40 films, longs et courts, fictions ou doc, inédits, avant-premières, œuvres primées dans les compétitions internationales !

Dès l’ouverture au cinéma Les Variétés, après le récital des chansons du grand Nino Rota par le duo Murielle Tomao et Anne Gastine, on s’offre une Caméra d’or : Jeune femme. Le premier long-métrage de Léonor Serraille, en présence de la réalisatrice et de sa monteuse. Un film tonique qui suit les galères et la sortie de crise d’une trentenaire interprétée par Lætitia Dosch.

On en trouvera beaucoup dans cette programmation 2017 de ces héros et héroïnes, tiraillés entre les contraintes familiales, politiques, sociales, culturelles, et l’affirmation de leur identité. Ainsi Marvin, dans le film d’Anne Fontaine, « différent », brimé dans son milieu prolo homophobe et violent, qui se fera accepter en s’acceptant lui-même. Ainsi Pamela, la jeune portugaise de Tous les rêves du monde de Laurence Ferreira Barbosa, parvenant malgré son amour pour ses parents et son pays d’origine, à s’émanciper. Ou encore les protagonistes des deux web-séries projetées dans le cadre de l’Atelier de productions digitales initié l’an dernier : la Loulou du trio Jaulin-Besson-Fauquet, devant sa maternité annoncée, ou La Crépue de Ngo en butte aux stéréotypes d’une société qui se déclare pourtant ouverte et mondialisée.

Rester ou partir, tel est le choix du couple de cinéastes égyptiens de Happily ever after, Nada Riyadh et Ayman El Amir interrogeant leur amour et leur engagement devant le désir de l’un de quitter une patrie en déliquescence. Vivre en exil ou revenir, tel est celui du trio de trentenaires iraniens fuyant les mollahs de Maryam Goormaghtigh dans Avant la fin de l’été.

Choix de vie pour la fillette marocaine dans House in the fields de Tala Hadid, qui voit les préparatifs du mariage de sa grande sœur et ne se reconnaît pas dans ce destin-là. Ou pour celle de Trampoline de Katarina Zrinka Matijevic devant son devenir de femme.

Notons dans la programmation côté fiction le très joli Été 93 de Carla Simon dans lequel une orpheline surmonte le deuil, et le glacial Godless de Ralitza Petrova. Côté doc, Des Bobines et des hommes de Charlotte Pouch où la réalité ouvrière d’une usine condamnée à la fermeture rejoint la fiction d’une comédie romantico-sociale, et le surprenant Pagani d’Elisa Flaminia Inno où se célèbrent à la fois la Sainte Vierge et Notre Dame des Poules !

On retrouvera les rendez-vous traditionnels de FFM. D’abord la table ronde organisée avec Arte Actions Culturelles, le MuCem et l’Avitem, le 7 octobre de 14 h 30 à 18 h, à la Villa Méditerranée, autour de My own private war de Lidija Zelovic, et de la question de la résilience : peut-on faire la paix avec sa guerre ? La réalisatrice serbe interviendra aux côtés de la poétesse et réalisatrice syrienne Hala Mohammad ainsi que de la psychanalyste et universitaire Marie-Odile Godard. Ensuite la leçon de cinéma le 10 octobre au Vidéodrome2 menée cette année par la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania dont le film La Belle et la meute, projeté la veille, reconstitue le combat de Mariam pour faire reconnaître contre la loi de la force le viol dont elle a été victime. Et enfin bien sûr la soirée 13 En courts, le 6 octobre à 19 h aux Variétés où treize courts métrages inédits entrent en lice pour un Prix du Jury et un Prix du Public. Sans oublier les deux week-ends organisés en partenariat avec le MuCem dédiés à Sandrine Bonnaire, actrice et réalisatrice. Nouveauté, l’expo-photos à la galerie de la boutique Agnès B de Marseille présentant les travaux des lauréates du concours International Women Photographes Award organisé par l’Alliance française de Dubaï. Une expo dont le titre : « Les yeux ouverts » pourrait tout aussi bien chapeauter la manifestation dans son ensemble !

ÉLISE PADOVANI
Septembre 2017

4 au 22 octobre
Divers lieux, Marseille, Hyères, La Ciotat, Port-de-Bouc et Cucuron
Films Femmes Méditerranée, 12e rencontres
films-femmes-med.org

La Belle et la Meute de Kahouter Ben Hania, © Jour2Fête