11e édition riche et noire de Polar en Lumières, à Vitrolles du 5 au 9 février

Vitrolles porte bien le noir

• 5 février 2020⇒9 février 2020 •
11e édition riche et noire de Polar en Lumières, à Vitrolles du 5 au 9 février - Zibeline

Allez, on dévoile tout de suite le nœud de l’intrigue : à Vitrolles, le festival Polar en Lumières choisit cette année d’enquêter du côté du film judiciaire.

Cette belle fête du film (noir) organisée par le cinéma municipal Les Lumières offre cette année encore une programmation très bien étudiée, qui mêle classiques et nouveautés (avec quelques avant-premières) beaucoup d’invités, des rencontres variées. Au début de l’intrigue, un premier mystère sera levé, puisque les 36 membres du jury dévoileront le nom du lauréat de la Gâchette d’or, prix littéraire porté par les médiathèques de la ville. La compétition réunit des romans noirs, bien sûr, qui pour 2020 se focalisent sur le thème original et pertinent « La femme, héroïne du roman policier ». Cinq titres (piochés dans une bibliographie qui répond aux critères de l’année, et donc pas forcément très récents) en compétition, dont Tout le monde te haïra (2016) de Alexis Aubenque, invité de la première rencontre du festival (4 février).

Côté toiles, la question portera sur le genre, pointu et passionnant, du polar judiciaire. En effet, la dramaturgie qui se développe dans les tribunaux est proprement cinématographique. Pour cette 11e édition de Polar en Lumières, ce qu’on appelle parfois le film de prétoire sera mis à l’honneur : une façon singulière d’approcher et de questionner la notion de justice. Dans ces scénarii très particuliers, le mystère est sensé être élucidé, l’histoire commence au moment où le système judiciaire apporte une réponse au drame. Un concentré de passions humaines…

Accusé levez-vous
Dans Une intime conviction (2019), projeté le 5 février, Antoine Raimbault s’inspire des éléments du second procès en appel de Jacques Viguier en 2010, accusé du meurtre de sa femme. Olivier Gourmet incarne son avocat, porté par la certitude obsessionnelle de son innocence défendue par Nora (personnage fictif joué par Marina Foïs). Les 7 et 8 février, Ziad Doueiri viendra présenter L’insulte (2018) qui pousse Toni devant les tribunaux libanais (le lendemain, il introduira L’attentat, qu’il a réalisé en 2013). Les créateurs de la cultissime émission belge StreapTease (Jean Libon et Yves Hinant) seront là pour échanger sur leur premier long-métrage Ni juge, ni soumise (2018), qui suit une juge pas piquée des vers au cours de trois ans d’auditions, d’enquêtes, de visites de scènes de crime (8 février). Et le lendemain, un autre documentaire, celui de Florent Vassault, nous emmènera dans les pas de Lindy Lou, jurée N°2 (2018) qui, 20 ans après, est encore rongée par la culpabilité d’avoir, avec les 11 autres jurés, envoyé un homme à la mort. Elle part à la recherche de ses anciens « collègues » de prétoire ; avec la rédemption au bout du chemin ?

Preuves à l’appui
De nombreux autres films complètent la programmation, des noirs, des radiographies sociales ou politiques, des plein d’humour, des thrillers, des reconstitutions fidèles : un cocktail plein de toutes les saveurs du polar, celui d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs, et de la grande période française du genre (celle des années 50/60). Quelques indices ? 9 mois fermes (Albert Dupontel, 2013) et Au poste (Quentin Dupieux, 2018), pour l’humour et l’absurde. Le Procès pour le patrimoine (Orson Welles, 1962, avec Anthony Perkins, Jeanne Moreau, Romy Schneider). Témoin à charge (Billy Wilder, 1957) pour le glamour. Difret (2015) de Zeresenay Mehari pour élargir le regard jusqu’en Ethiopie.

Il y aura aussi une masterclass menée par Rabah Ameur-Zaïmeche (qui présente son film Terminal sud, 2019), une rencontre avec l’ancien chroniqueur judiciaire à France Inter Christian Bindner, une exposition de Mathias Gally, dessinateur judiciaire, et la venue de l’une des grandes figures de loi françaises, doublée d’un ardant défenseur de la lutte contre les violences conjugales, Luc Frémiot.

Pour le reste, à vous de venir découvrir les derniers mystères…

ANNA ZISMAN
Janvier 2020

Polar en Lumières
5 au 9 février
Cinéma Les Lumières, Vitrolles
04 42 77 90 77 vitrolles13.fr

Photo : Une intime conviction, d’Antoine Raimbault © Severine BRIGEOT

Cinéma Les Lumières
Arcades de Citeaux
13127 Vitrolles

04 42 77 90 77
www.cinemaleslumieres.fr