Une saison 2017-2018 placée sous le signe du partage au Théâtre Jean Vilar de Montpellier

Vilar pour tous

• 11 octobre 2017⇒12 octobre 2017, 19 octobre 2017, 9 novembre 2017⇒10 novembre 2017 •
Une saison 2017-2018 placée sous le signe du partage au Théâtre Jean Vilar de Montpellier - Zibeline

Accolé aux halles de la Mosson à Montpellier, le Théâtre municipal Jean Vilar accomplit un travail d’utilité publique tout en finesse et constance. Chaque année, ce sont des milliers de scolaires qui profitent de sa programmation à la fois éclectique et pointue (et quelque 1000 parents accompagnants, qui profitent eux aussi de cette opportunité), des ponts établis entre les compagnies locales soutenues dans leurs créations et le public du quartier, des dialogues qui se nouent au fil des saisons (Les Discussions animées, organisées à l’issue de certains spectacles présentés dans des Maisons pour tous de la ville, avec un(e) philosophe chargé(e) de faire émerger la parole sur des thématiques liées au sujet de la pièce).

Frantz Delplanque conçoit sa mission de direction comme un partage à renouveler et développer, dans un partenariat avec les artistes et un compagnonnage avec le public : savant dosage entre les attentes et les envies.

La Cie Machine Théâtre (Montpellier) présentera son Dom Juan désossé, interprété par seulement deux comédiens (Cyril Amiot et Laurent Dupuy) : rendu à sa pureté, le texte, sans effets de scène, éclate et claque.

La Montpelliéraine Julie Benegmos (Cie Libre Cours) fera sa première mise en scène en interprétant l’adaptation du roman L’Oubli de Frederika Finkelstein, qui aborde des thèmes « délicats », brulants, comme le Shoah business ou la Shoah superstar, au cœur d’une scénographie de jeu vidéo.

Le(s) visage(s) de Franck (Charles-Éric Petit, Cie L’individu, Marseille) sera joué dans deux Maison pour tous des quartiers ouest, associées au Pôle emploi du quartier, pour une première Discussion animée (une autre suivra Merci d’être venus, par la Cie locale Volpinex, sur le voyage, et on abordera la disparition, l’oubli, après C’est l’anniversaire de Michèle mais elle a disparu, de Philippe Minyana par la Cie montpelliéraine Acetone).

Entre de nombreux autres voyages, deux spectacles créés avec les comédiens de La Bulle bleue en situation de handicap, par Marion Coutarel : La jeune femme à la licorne et Si ce n’était toi ; repousser encore un peu plus les frontières, ouvrir le monde et les sens.

ANNA ZISMAN
Octobre 2017

Théâtre Jean Vilar, Montpellier

Photo : Nos serments © Pierre Sautelet

AU PROGRAMME DU MOIS :

11 & 12 octobre : Nos serments
Julie Duclos (Cie In-Quarto) s’approprie le propos du film de Jean Eustache La Maman et la putain. Avec Guy-Patrick Sainderichin, elle élabore une matière théâtrale disparate (différents registres, dialogues, interviews) et restitue un ensemble « d’affections composites ».

19 octobre : Mathieu Boogaerts
Ne nous laissons pas aller à la facilité, n’annonçons pas « On ne présente pas Boogaerts » ! Il faut au contraire être à l’écoute de ses textes et de ses compositions, pour chaque fois découvrir à quel point le chanteur charme et surprend.

9 & 10 novembre : R(remplacer)
Marion Pellissier imagine l’agence R, qui propose de fournir des comédiens pour combler l’absence de vos proches… Jusqu’où aller pour éviter la souffrance ? Une fable déstabilisante sur le faux-semblant. Mise en scène Sophie Lequenne, collectif montpelliérain Moebius, création.

Théâtre Jean Vilar
155 rue de Bologne
34080 Montpellier
theatrejeanvilar.montpellier.fr