Les 18e Rencontres à l'Échelle, du 7 au 30 novembre à Marseille

Vibrations

• 7 novembre 2019⇒30 novembre 2019 •
Les 18e Rencontres à l'Échelle, du 7 au 30 novembre à Marseille - Zibeline

Se mettre à l’écoute du monde et de ses vibrations, parfois explosives, c’est l’invitation lancée chaque automne, depuis bientôt 20 ans, par Les rencontres à l’échelle. Ainsi les artistes invités en ce mois de novembre 2019 à Marseille, porteur.euse.s de propositions de théâtre, danse, performance, lecture, musique, cinéma, viennent de pays tels que l’Afghanistan, le Mexique, le Maroc, le Liban, l’Égypte, la Syrie, le Burkina Faso, ou de villes comme Bamako, Beyrouth, Kinshasa. Ou bien encore Aubervilliers, Bruxelles et Marseille, car là aussi, les horizons tremblent.

À côté des projections de films (dont le dernier d’Elia Suleiman, It must be heaven, et une carte blanche à la Cinémathèque de Tanger), de débats avec de jeunes artistes, de lectures, et de dj’sets festifs, la programmation de spectacles ouvre en grand les portes de la curiosité : inauguration à la Friche avec Alain Béhar et La clairière du Grand n’importe quoi, sorte de palabre géante située en 2043 qui, envisageant les divers désastres mondiaux, cherche des solutions pour repartir de zéro. Gabino Rodriguez, lui, a joué « pour de vrai » le rôle de Santiago Ramirez, pendant 5 mois, faux ouvrier dans une usine de textile de sous-traitance à Tijuana, rôle qui vient maintenant arpenter le plateau où il évolue dans son spectacle Tijuana. Adeline Rosenstein, metteure en scène allemande, a construit son Laboratoire Poison autour de la figure du héros, de l’héroïne, et de leurs ambiguïtés. Dans Sous un ciel bas Waël Ali, auteur et metteur en scène syrien, aborde la question du statut de l’artiste en exil, ou comment habiter sa terre perdue. Et Youness Atbane, performer et plasticien s’interroge sur la création contemporaine dite arabe, avec Untitled 14km, spectacle-performance suivi d’une installation, au Mucem.

Propositions tout aussi intrigantes du côté de la danse : Marion Siéfert, inspirée par le territoire de Saint-Denis, nous invite à Du sale !. Tidiani N’Diaye, chorégraphe et danseur malien, opère un va-et-vient constant, dans un champ de sacs en plastique multicolores, entre monde intérieur et chaos extérieur, tout au long de Moi, ma chambre et ma rue. Adonie Nebie signe Spirit, une danse entre écriture et improvisation, maîtrise et convulsions. Fatoumata Bagayoko danse un témoignage de femme malinké excisée, Fatou t’as tout fait, entre document et exorcisme. Quant à Yalda Younes, chorégraphe danseuse libanaise, et Khyam Allami, compositeur et musicien irakien multi-instrumentiste, ils s’associent dans A universe not made for us, une interrogation musicale et dansée sur l’idée de création.

MARC VOIRY
Novembre 2019

Les Rencontres à l’Échelle
7 au 30 novembre
Divers lieux, Marseille
04 91 64 60 00 lesrencontresalechelle.com

Photo: Spirit, Adonie Nebie c Margo Tamize


Théâtre du Centaure
Rue Marguerite de Provence
13009 Marseille
04 91 25 38 10
theatreducentaure.com