4e édition du Marché noir des petites utopies, du 6 au 15 décembre à Marseille

Utopies marionnettiques

• 6 décembre 2019⇒15 décembre 2019 •
4e édition du Marché noir des petites utopies, du 6 au 15 décembre à Marseille - Zibeline

4e édition du Marché noir des petites utopies, festival de petites formes marionnettiques porté par la Cie Anima Théâtre. C’est toujours avec la volonté de promouvoir et faire découvrir cet art populaire, aussi bien par ses traditions que par ses innovations contemporaines, qu’Anima Théâtre réunit un grand nombre de marionnettistes français et internationaux. La marionnette, un « objet dérisoire », ainsi que la nomme la compagnie, mais un objet « capable de panser le monde ».

La soirée d’ouverture donne le ton, avec la Cie La cour singulière et sa fable loufoque et métaphorique autour de l’esprit de propriété, Tire-toi de mon herbe Bambi !, suivie du savoureux Pom Pom Girl de la Cie Zusvex qui fait son miel de l’american dream (le 6 décembre à La Friche). Avec Noose (Cie Merlin Puppet Theatre) c’est un drôle de petit bonhomme qui remettra en cause sa vie passée trop vite… (le 7 décembre à La Friche). Le 8 décembre rendez-vous à la casa Consolat pour trois spectacles : Oh my ghost (Cie Rodéo Théâtre) invite à une séance de spiritisme un peu particulière, Kraken (Créatures Cie) révèle l’aube d’une ère nouvelle dans de magnifiques images tissées de métal ; la soirée se terminera avec le concert de Rebetiko du duo Western Teke. Au musée Cantini une première mondiale concoctée par Anima Théâtre qui propose une Visite marionnettique de l’expo Man Ray grâce à un petit personnage hybride, tandis que la Cie Rouge Bombyx rend réelles les nuits d’insomnies d’un vieil homme (11 & 14 décembre). Le 13 décembre, au Daki Ling, du théâtre musical et de mouvement avec la Cie Filalo qui fait se croiser la petite et la grande Histoire au travers des attentats meurtriers du 22 mars 2016 à Bruxelles (Dès-ordres), au dressage pas évident d’un chien policier par son maître dresseur (Lupus in fabula, Cie Teatro Della Rondine), et au drame d’une femme reniée qui prend conscience subitement des sacrifices qu’elle a du accepter au cours de sa vie (Suzy d’Eve Bigontina). Lors du dernier week-end (14 & 15 décembre), ne ratez pas Paper cut de la Cie Yaël Rasooly qui met en image et en sons les rêves débridés d’une secrétaire qui se fait son cinéma façon MGM (au Daki Ling), ou encore le carnavalesque Fasoulis, de la Cie Ayusaya, personnage issu de la longue tradition des marionnettes à gaine en castelet, caustique et très drôle ! (à la Brasserie communale).

DOMINIQUE MARÇON
Décembre 2019

6 au 15 décembre
Divers lieux, Marseille
animatheatre.com

Photo : Paper Cut – Yael Rasooly © Boaz Zippor