Rencontre exceptionnelle avec James Ellroy, à Marseille le 9 mai

Une semaine avec Ellroy

• 9 mai 2015 •
Rencontre exceptionnelle avec James Ellroy, à Marseille le 9 mai - Zibeline

C’est un événement. James Ellroy, l’auteur du célébrissime Dalhia noir, sera à Marseille le 9 mai prochain. Une étape de sa tournée en France pour la promotion de Perfidia, son dernier roman, premier opus d’un nouveau « quatuor de Los Angeles ». Nul doute que les Marseillais mesureront la chance qui sera la leur de voir et d’entendre en live un écrivain qui ne sort que très rarement de sa tanière. Une rencontre exceptionnelle, obtenue grâce aux efforts conjugués de la mairie, de la BMVR Alcazar, ainsi que de la librairie Maupetit et des éditions Rivages. Pour donner encore plus d’éclat à ce grand moment, la bibliothèque et la librairie ont organisé en amont toute une série de manifestations autour du romancier et de ses œuvres. Ellroy Confidential : des projections à l’Alcazar, une table ronde à Maupetit.

Ellroy, un Balzac américain ?

Marseille Tabloïds a réuni trois spécialistes du genre, Patrick Coulomb, François Thomazeau et Cédric Fabre. Trois écrivains de  polars  (les deux premiers ont aussi été les fondateurs de la maison d’édition L’Ecailler, le troisième a récemment dirigé l’anthologie de nouvelles Marseille Noir) invités à s’interroger sur la question du « territoire » dans la fiction dite policière. Fabre présente d’emblée Ellroy comme « quelqu’un qui, avec acharnement, décrit son territoire, sa ville. » Ce que Thomazeau rappelle comme étant « l’un des fonds de commerce du polar ». Sauf qu’Ellroy, aux dires des trois auteurs, va plus loin. C’est alors vers les territoires littéraires que la discussion s’engage. Que fait Ellroy quand il écrit et qu’il situe encore et encore ses fictions dans la Cité des Anges ? Sûrement pas des polars classiques, exception faite pour Le Dalhia Noir. Ellroy lui-même considère qu’il écrit des romans historiques. Coulomb évoque une « grande saga noire » ; il parle même d’un « James Joyce rapporté au polar ». Thomazeau verrait plutôt Ellroy comme une sorte de Balzac américain, qui, à travers l’histoire de sa ville, retrace celle de son pays. En fait, dans ces sortes de docu-fictions auxquels ressemblent de plus en plus les romans d’Ellroy, le romancier remplace l’historien et le journaliste. Il raconte ce qu’eux n’ont pas dit (ainsi dans Perfidia, les rafles de Japonais au moment de Pearl Harbour). Le polar a fait tomber les barrières entre fiction et non fiction ; à ce titre, comme à bien d’autres d’ailleurs, Ellroy est vraiment un précurseur.

Marseille, une L.A. française ?

Toutes proportions gardées, il n’est pas difficile d’établir un parallèle entre les deux cités : deux villes au soleil et en bord de mer ; toutes deux éclatées en divers territoires et en expansion constante ; toutes deux gangrénées par la corruption ; toutes deux difficiles à cerner. Comme Los Angeles, « Marseille serait un matériau littéraire exceptionnel » affirme Thomazeau. N’empêche qu’on attend toujours, en dépit d’Izzo et de tous les écrivains de « polar marseillais », l’écrivain qui fera sur Marseille le même travail d’enquête et de fresque que celui d’Ellroy sur L. A. Il semblerait qu’ici, ce soit plutôt le cinéma et les séries qui se soient emparés de ce territoire complexe et passionnant.

FRED ROBERT
Mai 2015

La rencontre Marseille Tabloïds s’est tenue le 2 mai à la librairie Maupetit, dans le cadre d’ Ellroy Confidential.

Prochaines projections à la BMVR Alcazar les 6, 7 et 9 mai. Rencontre avec James Ellroy le 9 mai à 16h00 (Alcazar, salle de conférences).


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/


Librairie Maupetit
142 La Canebière
13001 Marseille
04 91 36 50 50
http://www.maupetitlibraire.fr/