Le Festival Uzès Danse 2021, deux fois trois jours du 11 au 19 juin

Une édition particulière

• 11 juin 2021⇒13 juin 2021, 17 juin 2021⇒19 juin 2021 •
Le Festival Uzès Danse 2021, deux fois trois jours du 11 au 19 juin - Zibeline

Six jours au lieu des cinq habituels et des créations tout justes écloses pour un festival Uzès Danse sous le signe de l’équilibre.

Le Jardin de l’évêché, le Parc du duché et, pour la première fois, L’Ombrière accueilleront les artistes invité.e.s par au festival Uzès Danse, « entre signatures de référence, qui font partie de l’histoire de la danse, et chorégraphes au début de leur parcours ». Une vingtaine de propositions dessinent ainsi un large spectre de la danse contemporaine dont l’épicentre est le corps et le mouvement, mais pas seulement : les mots, le chant, la musique ou les arts visuels. La question du temps traverse de nombreuses pièces quand elles ne font pas écho aux troubles actuels. Le point de départ de La Belle humeur de La Zampa n’est-il pas une phrase du philosophe Antonio Gramsci : « La crise consiste en ce que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître ; dans cet interrègne, on observe les phénomènes les plus morbides ». Onironauta et Madmudde Tânia Carvalho soulignent en miroir son univers unique fait de performance vocale, musicale et physique. Emprunté au titre d’une œuvre de Cy Twombly, Wilder Shores de Michèle Murray marie deux notions a priori antinomiques : « la liberté » et « le cadre ». Dans Liber, l’intrication multiple entre son et mouvement est à son paroxysme, fruit de la rencontre entre la metteure en scène, dramaturge, compositrice Maguelone Vidal et l’artiste chorégraphique Hanna Hedman. Là encore, Bouillir le vide, un récital de Martine Pisani est un seul en scène autour de la notion de rythme et de musicalité, à la recherche ici d’une forme d’instabilité. Et Mark Tompkins, et Régine Chopinot et d’autres encore…

Invitée en 2019 à présenter une étape de travail de Sérénités, Danya Hammoud est aujourd’hui artiste associée à La Maison CDCN. Le 12 juin prendra forme Sérénités était son titre après que le projet a connu de nombreux déboires, une réflexion sur la perte, le deuil, la disparition. Le lendemain, la chorégraphe laisse place à la réalisatrice avec sa série de films documentaires Poreux créés chacun avec quatre femmes de génération et de contexte différents. La danse fait aussi son cinéma dans une programmation parallèle au Capitole où seront projetés Pina de Wim Wenders, Maguy Marin, l’urgence d’agir de David Mambouch, Ballerina de Eric Summer et Eric Warin, et Eternelle jeunesse #1 de Christophe Haleb.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2021

Uzès Danse
11, 12, 13, puis 17, 18 & 19 juin
04 66 03 15 39 lamaison-cdcn.fr

Photo : La belle humeur – La Zampa © Pierre Ricci