Les 18 et 19 septembre se tiendront les Journées du Patrimoine. Zibeline a choisi son parcours.

Un week-end en PatrimoinieVu par Zibeline

• 18 septembre 2021⇒19 septembre 2021 •
Les 18 et 19 septembre se tiendront les Journées du Patrimoine. Zibeline a choisi son parcours. - Zibeline

Avec ce thème on ne peut plus fédérateur, « Patrimoine pour tous, ensemble, faisons vivre le patrimoine », les Journées consacrées à, en effet, ce qui en France a le pouvoir de rassembler les publics et les émotions, visent à encourager les publics à retrouver le chemin des sorties culturelles. Les lieux ont rouvert, les visites guidées reprennent, et il faudra bien ces deux Journées européennes du patrimoine pour renouer avec le goût de l’histoire « vécue ». Pénétrer dans des sites étonnants, écouter les propriétaires de demeures historiques privées raconter comment ils parviennent à garder en état ce patrimoine familial, jouer à l’apprenti archéologue : depuis 38 ans, le rendez-vous est très suivi, et la formule est gagnante. Il est tout de même étonnant que cet engouement ne se concentre, pour la plupart des visiteurs, que sur deux jours (cette année, ce seront les 18 et 19 septembre) ; l’attrait vers les ors de la République (la queue devant les bâtiments réservés aux « puissants » est symptomatique de cette fascination) ou les trésors « cachés » des églises (mais des visites sont bien souvent organisées tout au long de l’année) sont le symptôme du développement d’une certaine culture-loisir dont il ne faudrait pas qu’elle masque le travail mené en profondeur par tous les acteurs du patrimoine. Ces Journées donnent l’occasion de les rencontrer et de mieux comprendre de quoi est réellement constitué ce passé qui contribue à constituer notre société contemporaine. Aller vers ces professionnels et passionnés, c’est toucher un peu du doigt l’importance et l’ampleur de ce socle, qui, pendant ces deux jours, n’est plus la partie immergée de l’iceberg. Près de 20 000 événements sont répertoriés, dont beaucoup réservés à la jeunesse, en particulier les scolaires, pour qui l’opération « Levez les yeux ! » est reconduite (visites le 17 septembre).

Sensibiliser, valoriser, éveiller : trois missions pour ce week-end en Patrimoinie. Zibeline a choisi son parcours.



L’Épopée (Marseille)
Tout commence pour ce tout nouveau lieu marseillais. Réunissant plus de 200 acteurs associés (association, pouvoirs publics, artistes, entrepreneurs…) dans le quartier de Sainte-Marthe, L’Épopée s’engage à offrir à chacun·e « Le droit de rêver, le pouvoir de faire ». La clé du bonheur se trouve dans l’innovation éducative et sociale, partagée dans ce qui est annoncé comme une aventure collective, portée par l’association Synergie Family ( lire notre article sur Synergie Family ). Et ce lieu « de tous les possibles » est implanté sur le site des anciens bureaux et de l’usine de fabrication de la boisson emblématique de la ville : Ricard. 12 000 m2 d’un sacré patrimoine ! C’est ici en effet que Paul Ricard a créé la recette de la boisson bien connue en 1932. C’est l’occasion de visiter ce tiers-lieu, et même d’y faire une chasse au trésor étendue à tout le quartier.

epopee-village.com


Hôpital Montperrin (Aix-en-Provence)

Mitra, film de Jorge Leon © Thank you & Good night productions

C’est au cœur du Centre Hospitalier psychiatrique d’Aix-en-Provence que le 3bisf développe un lieu de création contemporaine depuis 1983. Ainsi, dans ce bâtiment datant de la fin du XIXe siècle, les énergies circulent et les barrières s’ouvrent. Toujours dans cette volonté de décloisonnement, le 3bisf propose d’aborder le lieu sous son aspect patrimonial. Le service des Archives et documentation de l’hôpital propose des visites-promenades commentées. Il est également prévu un programme de films « Cinéma et psychiatrie » : trois films documentaires seront projetés (À mon père, de Patrice Gaborit, 1981 ; Valvert de Valérie Mréjen, 2009 ; Mitra de Jorge León, 2018, en présence du réalisateur et des équipes soignantes et patient·e·s ayant participé au film). C’est fou comme on se ressemble, promenade sonore réalisée par Xavier Thomas et Radio Grenouille (2013) pourra être suivie en continu durant les deux Journées.

3bisf.com


Savonnerie Marius Fabre (Salon-de-Provence)
C’est l’une des dernières fabriques de savon « de Marseille » artisanale, dont les locaux datent de 1927. Ce sont aujourd’hui les arrière-petites-filles du fondateur qui continuent de faire chauffer les chaudrons. La savonnerie a obtenu en 2009 le label « Entreprise du Patrimoine Vivant ». C’est dans cet esprit que la fabrique propose un week-end spécial. La Cie Dans la Cour des Grands interprétera des textes de Marcel Pagnol, et des visites permettront de se plonger dans le savoir-faire familial.

marius-fabre.com


Chapelle des Pénitents blancs (Montpellier)

Chapelle des Pénitents blancs © Antoine de Parseval

Dans la Chapelle Sainte-Foy (XVIIe s.) de Montpellier s’est installée l’association catholique (essentiellement composée de laïcs) de la confrérie des Pénitents blancs. Aujourd’hui, l’une de ses principales missions est l’entretien et la restauration de la chapelle. 49 membres s’y attellent. Son exceptionnel plafond peint la fit surnommer « la Sixtine du Languedoc ». La restauratrice de tableaux Carole Chirchirello-Deninger présentera trois toiles restaurées en 2021.

penitents.fr


Le Jardin des Méditerranées (Rayol-Canadel-sur-Mer)
Le Domaine du Rayol est un espace naturel protégé de 20 hectares. Le paysagiste Gilles Clément y a conçu le Jardin des Méditerranées, merveille visuelle et odorante, invitation au voyage. C’est dans ce cadre enchanteur que la 4e Biennale de land art réunit les paysagistes de l’École Nationale Supérieure de Paysage de Marseille et les plasticiens de l’École Supérieure d’Art et Design de Toulon. Une déambulation autour d’objets qui suscitent le retour des souvenirs d’enfance (Récits de planchettes) et une réflexion sur le rapport entre linéaire et réseau racinaire (Les liens invisibles).

domainedurayol.org

ANNA ZISMAN
Septembre 2021

Photo : Ricard © Épopée