Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La saison culturelle 2017-2018 du Théâtre des Salins à Martigues

Tous aux Salins !

• 13 octobre 2017, 17 octobre 2017, 21 octobre 2017, 24 octobre 2017⇒25 octobre 2017, 9 novembre 2017⇒10 novembre 2017 •
La saison culturelle 2017-2018 du Théâtre des Salins à Martigues - Zibeline

La programmation de la scène nationale de Martigues est foisonnante, avec des propositions qui croisent et démultiplient les genres

La saison des Salins s’annonce éclectique, « comme d’habitude, et avec du sens », comme le revendique Gilles Bouckaert, son directeur. Beaucoup de danse, de théâtre, de musique, avec des propositions qui se croiseront entre classique et contemporain, créations ou confirmations ; autant de passerelles pour créer la curiosité de la découverte !

Grandes formes

Jean-Michel Rabeux dévoilera son univers bien particulier, de folie et d’humour, dans une version déjantée et jouissive de La Belle au bois dormant, transportée au pays de l’argent-roi, puis dans une création, La Double inconstance (ou presque) de Marivaux, avec un « presque » de poids, à n’en pas douter ! Dans un autre genre, pas si éloigné finalement, Les Chiens de Navarre partiront à la recherche de l’identité française en convoquant quelques figures de notre Histoire et de notre actualité : Jusque dans vos bras déménagera sûrement quelques certitudes ! Romeo Castellucci s’inspire lui de Tocqueville pour éclairer de sa lumière toute personnelle les origines de la civilisation américaine ; Democracy in america prendra d’ailleurs une dimension toute particulière sur la scène des Salins avec la participation de douze danseuses du groupe folklorique La Capouliero… Même siècle, mais c’est dans une atmosphère différente que nous transporte Lucie Berelowitsch en conviant le public Un soir chez Victor H., dans la maison des Hugo à Jersey. Installé dans la petite salle autour de tables rondes, des « tables parlantes », c’est à l’aide de spiritisme qu’il ira à la rencontre de l’auteur. David Bobée monte Peer Gynt, d’Henrik Ibsen, un anti-héros prétentieux et raté qui rêve sa vie au lieu de la vivre ; l’occasion pour le metteur en scène d’ « interroger notre monde bouleversé ».

En danse Blanca Li aborde le thème des relations entre l’homme et la nature dans une nouvelle création, Solstice, pour quatorze danseurs et un percussionniste ; le jeune chorégraphe David Drouard revisite Le Sacre, avec des interprète exclusivement féminines -danseuses et musiciennes-, dans un décor signé par le jardinier et paysagiste Gilles Clément. Quant à Delavallet Bidiefono, qui succède à Frank Micheletti en tant qu’artiste « invité », il évoque dans Monstres – On ne danse pas pour rien l’idée de la construction, celle qui permet de vivre, de créer et d’espérer. Présent tout au long de la saison, il animera aussi des ateliers avec les habitants de Martigues pour préparer l’événement festif qui aura lieu en février au théâtre et dans la ville dans le cadre de MP2018 : au programme, un bal pour les enfants, une grande fête dans toute la ville en collaboration avec les associations et de nombreuses surprises…

Musiques multiples

Les styles musicaux aussi se croiseront, à l’image du concert Classical&Jazz Madness qui s’apparente à une rencontre explosive entre baroque, classique et jazz : Yaron Herman, jeune prodige du piano jazz, et l’ensemble orchestral Geneva Camerata, sous la direction de David Greilsammer, explorent ensemble un répertoire qui va de Raval à Purcell, en passant par des impros jazz. Avec le quatuor féminin Salut Salon, c’est le répertoire classique qui se lie au tango, au folk ou à la musique de films, le tout sur fond d’acrobaties instrumentales.

De grandes voix aussi, et pas des moindres, avec l’irrésistible Calypso Rose et ses rythmes chaleureux et chaloupés, ou Yilian Cañizares dont la voix puissante et cristalline chante ses origines cubaines et son attachement au jazz.

Et puis, au printemps, le Train Bleu fera escale en Afrique avec Frank Micheletti, à la musique !, et le danseur Idio Chichava dans un solo qui évoque une jeunesse urbaine et inventive, et en Espagne avec Andrés Marín et Laurent Berger, dans un flamenco contemporain qui se confronte à Don Quichotte.

DOMINIQUE MARÇON
Septembre 2017

Au programme du mois :

13 octobre : Le Bal à Boby
À la fois spectateur et danseur, le public est partie prenante de la chorégraphie déjantée concoctée par Hervé Maigret, Cie NGC25, autour de l’univers musical de Bobby Lapointe. Place à la fantaisie et à l’imagination !

13 octobre : China Moses
Après avoir repris ses artistes de jazz préférés, la chanteuse livre ses premières compositions sur l’album Nightintales. Sa voix chaude de contralto s’envole avec élégance sur des rythmes de deep soul, R&B, lounge jazz et pop. (20 octobre à La Croisée des Arts à Saint-Maximin, voir p 75).

17 octobre : …De là-bas
Dans son décor d’argile, Romain Bertet creuse, chute, écoute, guette. Dans ce lieu où l’Autre est la matière elle-même, la danse se crée au cours d’un récit fragmenté, tout en nuances et subtilité. (19 & 20 octobre au Bois de l’Aune, à Aix).

21 octobre : Magnificat
Le Chœur régional Paca et l’Orchestre régional de Cannes, sous la direction de Michel Piquemal, proposent un double programme autour du Magnificat, donnant à entendre le texte liturgique habillé de la musique baroque italienne de Vivaldi et contemporaine argentine de Palmeri. (14 octobre à Scène 55, à Mougins).

24 & 25 octobre : Je me réveille
Un vrai premier concert pour les tout-petits ! Mosai et Vincent mélangent des poésies sonores, des percussions corporelles des instruments à cordes et des samples, avant d’inviter les bambins à se lever et danser sur des compositions électro. De 3 mois à un an.

9 & 10 novembre : Une hache pour briser la mer gelée en nous
Grégoire Strecker met en scène la pièce de Feydeau, Occupe-toi d’Amélie, dans une transposition et adaptation de Noëlle Renaude qui vise à créer une sorte d’augmentation de notre réalité contemporaine. Fantasmes, désirs et pulsions inavouables n’en seront que plus cruels…

Photo : (s)acre, David Drouard -c- Manon Renier


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net