Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

21e édition du festival Dansem : multiplier les points de vue autour d’une Méditerranée fédératrice

Tournoyantes Méditerranées

• 5 décembre 2018⇒15 décembre 2018 •
21e édition du festival Dansem : multiplier les points de vue autour d’une Méditerranée fédératrice - Zibeline

La 21e édition du festival Dansem multiplie les points de vue autour d’une Méditerranée fédératrice, rieuse et protéiforme, pour déjouer les sombres pronostics d’une période tourmentée

Rassembler malgré -ou grâce à ?- nos différences, c’est ce vers quoi tend cette 21e édition de Dansem, toujours tournée vers les Méditerranées au sens large. Une envie de réduire les écarts, de mélanger les pratiques, de convier les arts de la parole et de la musique aux côtés de la chorégraphie.

Mû par une envie « d’amplifier, de magnifier par l’art, les gestes simples et quotidiens de l’ouvrier tunisien au travail », Hamdi Dridi s’inspire de cette gestuelle patrimoniale et méconnue, avec ses partenaires Houcem Bouakroucha et Feteh Khiari pour la pièce I listen (you) see (7 décembre, Théâtre Joliette). Dansem noue aussi ses fidélités : accueillie en 2016, Nacera Belaza revient avec un solo, La nuit, premier volet d’un triptyque voyant la danseuse s’affranchir de sa partenaire de toujours, sa sœur Dalila (8 et 9 décembre, la Friche). Dès le 5 décembre à 20h à Montévidéo, sera projeté le film La procession au Panthéon, dans lequel le réalisateur Montévidéo retrace l’expérience menée par la chorégraphe avec des personnes âgées de Mantes-la-Jolie : une Procession sensorielle au sein de l’édifice parisien, créée dans le cadre de Monuments en mouvement en juin dernier. Nacera Belaza propose aussi un atelier autour de la danse traditionnelle algérienne réinterprétée (1er au 5 décembre, Montévidéo). Depuis son versant italien, la Méditerranée nous envoie une singulière proposition immersive : Tropicantesimo, « expérience sonore visant à libérer le corps et la conscience », invite chacun à participer, sans pré-requis nécessaire, autour d’une machine intégrant instruments, samplers, micros, tourne-disques (atelier les 12 et 13 décembre, Montévidéo). Venue de Milan, la danseuse Annamaria Ajmone tente d’investir l’espace sous différents biais. Construit autour de la thématique de l’habitat temporaire, son Trigger noue un dialogue corporel avec l’environnement immédiat -temps, espaces, spectateurs… Le même soir, la Suédoise Alma Söderberg, formée au flamenco à Séville, irrigue le festival d’un peu d’humour belge : sous-titrée « human sound and dance machine », sa bien nommée Nadita (petit rien) entremêle hip hop, sons corporels et gestes familiers dévoyés pour une surprenante et rafraîchissante forme courte (6 et 7 décembre, Pavillon noir). Autre quotidien, autre lieu : avec Arrêt sur image, Panagiota Kallimani a imaginé une partition corporelle et sonore créée pour les enfants d’une classe de CM1 de l’école Bernard Cadenat, dans le quartier de la Belle de Mai. Autre incursion bruxelloise, le vertigineux tournoiement sur lui-même de Daniel Linehan. Le performer ne nous y parlera certes Not about everything, mais y soliloque tout de même autour du désespoir, de l’endurance, de la politique et de la métaphysique (8 et 9 décembre, la Friche). À la tête de la compagnie MK, Michele di Stefano s’inspire quant à lui des phénomènes météorologiques, théories du chaos et autres systèmes physiques pour Bermudas (7 décembre, Théâtre Joliette). En clôture du festival, la focale s’élargit aux paysages : Montévidéo accueille Les îles fictives de la Méditerranée, un programme pluridisciplinaire convoquant les imaginaires autour d’un espace riche de symboles. Parmi les nombreuses propositions, on ne manquera pas les installations vidéo de Malak Helmy dans des paysages égyptiens contrastés -marais salant, plage et future centrale nucléaire (14 et 15 décembre à partir de 20h)-, auxquelles répondront les réflexions théoriques de Daniel Blanga Gubbay, fondateur de l’Aleppo, plateforme de programmes publics de performances et pratiques discursives (15 décembre à 19h).

JULIE BORDENAVE
Novembre 2018

Dansem
5 au 15 décembre
Divers lieux, Marseille et Aix-en-Provence
04 91 55 68 06 dansem.org

Photo : Daniel Linehan, Not about everything -c- Laetitia Bica