Le théâtre municipal de Montpellier invite à une aventure culturelle autant que citoyenne

Théâtre Jean Vilar : service public et maximum

• 19 septembre 2019⇒10 juillet 2020 •
Le théâtre municipal de Montpellier invite à une aventure culturelle autant que citoyenne - Zibeline

Frantz Delplanque, à la tête du théâtre municipal de Montpellier depuis 6 ans, rappelle, en ce début de saison, à quel point c’est pour lui un honneur de devoir répondre aux trois piliers qui incombent à la gestion d’un lieu culturel public : diffuser les spectacles, mener une action artistique partagée avec l’ensemble des publics, et soutenir les artistes dit locaux. Sur ce dernier point il tient à préciser : « Je le fais avec beaucoup de conviction, je ne cède pas à cette malhonnêteté intellectuelle qui consiste à dire que les compagnies régionales ne sont pas intéressantes. Dans un territoire aussi diversifié et caractérisé que le notre, c’est vraiment faire preuve de mauvaise fois que d’ignorer ce qui se fait chez nous… » Et, conclut-il plutôt malicieusement, « toutes les compagnies viennent finalement d’une région ou d’une autre ! ».

La programmation, qui comprend 16 spectacles (dont 6 coproductions) issus de cette création locale (sur 26 au total), illustre bien cette vitalité, ainsi que la qualité et la cohérence du travail de terrain au long cours mené par l’équipe du théâtre Jean Vilar. On se sent d’ailleurs presque « à la maison », en retrouvant d’une saison à l’autre des artistes, des compagnies qui se croisent, évoluent, progressent dans des projets qu’on apprend à mieux appréhender en devenant chaque fois plus complices des univers de chacun, et plus aptes à découvrir les nouveaux langages. Des noms ? Luc Sabot et sa Cie Nocturne qui monte La Religion du capital (Paul Lafargue), en musique pop et punchy, qui promet d’être aussi piquant et stimulant que ses Grandes Bouches de l’an dernier). Machine Théâtre, avec une plongée dans l’univers de Thomas Bernhard (Retrouvailles, mise en scène par Brice Carayol, qui avait séduit avec Don Juan désossé). Julien Bouffier (Cie Adesso E Sempre) qui met en scène la suite du magnifique Andy’s gone, Antigone contemporaine percutante (texte de Marie-Claude Verdier). L’auteure et performeuse Natyot s’atèle à la Création partagée de la saison (Bonjour), après le très réussi Amphitryon de Julien Gill (La Compagnie provisoire), qui cette année met en scène Le roi Lear [chronique]. Il y a beaucoup de noms nouveaux aussi, d’autres qu’on reconnaît, et tant de soirées de découvertes à partager.

ANNA ZISMAN
Septembre 2019

Théâtre Jean Vilar, Montpellier
04 34 46 68 38 theatrejeanvilar.montpellier.fr

Photographie : Frères, Cie Les maladroits © Damien Bossis


Théâtre Jean Vilar
155 rue de Bologne
34080 Montpellier
theatrejeanvilar.montpellier.fr