La Scène 55 de Mougins affiche une belle programmation, éclectique et rassembleuse

Tablée gourmande !Vu par Zibeline

La Scène 55 de Mougins affiche une belle programmation, éclectique et rassembleuse - Zibeline

Montrer à un public complice les œuvres qu’il a aimé en arpentant les diverses scènes de l’hexagone et d’ailleurs, risquer le plaisir de la découverte avec des créations, René Corbier, directeur artistique de la Scène 55, trouve un équilibre entre les genres, musiques, théâtre, marionnettes, cirque, danse, avec des pièces qui rendent compte du patrimoine artistique ainsi que des créations d’aujourd’hui. À l’écoute du public, sans démagogie, il sait amener les spectateurs vers les formes les plus diverses, une trentaine (sans compter le Festival de la Marionnette), qui ont pour points communs une irréprochable qualité, et la faculté de rassembler.

Certes, il y a eu la crise sanitaire, mais elle est bien dépassée pour la saison 2020-2021 ! La seule allusion à cette période concerne les œuvres annulées et reportées (environ 90% d’entre elles). Comme un pied de nez aux restrictions, la formule d’entrée du programme lance « à circonstances exceptionnelles, programmation exceptionnelle ! » Qu’on se le tienne pour dit, rien n’arrête très longtemps le bonheur partagé des représentations. René Corbier les évoque sur le mode d’un menu de gourmet, entre coups de cœur et champagne, répartis en chapitres aux titres festifs : « Un octobre zéro tisane », « Des moments qui pétillent », « Cocktail rafraîchissant », « Les découvertes », « À voir en famille », « Aux fourneaux », « Plat de résistance », « Le dessert », « La cerise sur le gâteau »…

Un éclectisme de choix

La musique ouvre et ferme l’année. Le Requiem de Mozart avec le Chœur Région Sud et l’Orchestre de Cannes débute les festivités que viendra refermer le concert de AaRON, pour une salle debout. Le violoncelle de Gautier Capuçon mêlera ses accents à ceux du piano de Jérôme Ducros, Richard Galliano rendra hommage à Michel Legrand et Piazzolla, le pianiste Alexandre Tharaud apportera la finesse de ses interprétations toujours très personnelles. L’opéra venu de Chine, La combattante Mu Guiyin, convoquera sur scène quarante-huit artistes, chanteurs, danseurs, spécialistes des arts martiaux… La danse trouve une belle place dans la sélection, Quatuor à corps pour Mozart d’Émilie Lalande, une espiègle fantaisie pour les enfants et leurs parents, Patricia Guerrero déclinera un flamenco où la danse contemporaine affleure, à moins que ce ne soit l’inverse, un clair-obscur propice enveloppera le superbe Nomad de Sidi Larbi Cherkaoui, alors que l’univers de Beckett imprègne l’intemporelle chorégraphie de Maguy Marin, May B. Les marionnettes, spécificité de Scène 55, offriront leur magie : féérie de Cendrillon par la Cie Colla e Figli, Incertain Monsieur Tokbar du Turak Théâtre, les spectacles se multiplieront lors du festival qui rassemble toutes les troupes annulées du printemps 2020… Clémentine Célarié, seule en scène, est magistrale dans Une vie de Maupassant, Paul Moulin met en scène avec brio la BD de Fabcaro, Zaï zaï zaï zaï, Paul Platel peint la vie d’un petit village de l’arrière-pays niçois dans Je me souviens, Agnès Régolo met en scène La Dispute de Marivaux, Sandrine Anglade La Tempête de Shakespeare, et Clara Le Picard, dont la Cie À Table est associée au théâtre, peaufine sa nouvelle création Le cerveau. Le cirque décline ses inventions, sa poésie, ses acrobaties avec maestria… Comment tout citer dans ce foisonnement ? Laissons-nous aller sans modération aux plaisirs de la scène !

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2020

Scène 55, Mougins
04 92 92 55 67 scene55.fr

Photographie : Incertain Monsieur Tokbar  © Romain Etienne – Item

Scène 55
55 Chemin de Faissole
06250 Mougins
scene55.fr