Le Festival des Suds à Arles, une programmation variée et internationale, du 14 au 20 juillet

Suds à Arles : un tour du monde des poings levés

• 14 juillet 2014⇒20 juillet 2014 •
  Le Festival des Suds à Arles, une programmation variée et internationale, du 14 au 20 juillet - Zibeline

Découvertes et têtes d’affiche, concerts frénétiques ou spectacles intimistes, stages et projections, le festival fait toujours événement.

Poétique et politique. Ce sont les deux qualificatifs employés par la directrice des Suds à Arles, Marie-José Justamond, pour définir l’ambition de cette 19e édition. Avec comme mots d’ordre deux concepts chers à Edgar Morin : résistance et résilience. La première face à «l’uniformisation des musiques, des cultures, de la pensée» ainsi qu’à «la substitution du pouvoir politique par le pouvoir financier». La seconde parce que la semaine arlésienne veut «ouvrir une fenêtre qui parle au monde et du monde avec le désir de partager avec tous d’autres manières d’être présents au monde, sans peurs.» Le festival de musique du monde ne va pas convoquer pour autant des meetings dans l’enceinte du théâtre antique mais les artistes accueillis refléteront inévitablement l’actualité et les problématiques des pays dont ils sont originaires. C’est particulièrement vrai pour Dakhabrakha, cet «ethno-chaos band» de Kiev, en Ukraine. Un quartet lumineux aux voix puissantes, accompagnées par des instruments indien, arabe, africain, russe et même australien, qui crée une véritable performance entre chants sacrés et néo-folk. Loin de la guerre civile, le Syrien Omar Souleyman (chroniqué lors de son concert d’ouverture de la Villa Méditerranée à Marseille) est passé du statut d’ambianceur de mariage à celui d’icône du son alternatif arabisant. Renouvelant le traditionnel dakbé en l’électrifiant, il a créé une techno-syrienne qui a franchi les frontières jusqu’à intriguer l’exploratrice de sons Bjork qui a convié le crooner à remixer son titre Crystalline. La voix de la Palestine s’exprimera à travers Tamer Abu Ghazaleh, figure talentueuse de la nouvelle scène arabe, pour la première fois en France. Oudiste multi-instrumentiste, ce songwriter s’inspire aussi bien des grands poètes arabes que des aspirations de son peuple, souvent avec humour. On entendra aussi des artistes de Tunisie (Nadia Khaless Trio), d’Iran et de Turquie (Kayhan Kalhor, Erdal Erzincan, Cigdem Aslan) ou encore de Cuba (Chucho Valdès). Six mois après la disparition de Nelson Mandela, il était difficile de ne pas inviter à la fête la lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Et quel musicien plus emblématique que Johnny Clegg pour cela ? Il sera précédé en première partie par les épatantes Mahotella Queens que le festival a déjà présentées en 2001. À ne pas manquer également cette année : Calexico, Susheela Raman, Winston Mcanuff & Fixi, David Krakauer, Magic Malik et nos coups de cœur de la Région : Dupain et Ahamada Smis (récent prix de l’Académie Charles Cros).

THOMAS DALICANTE
Juillet 2014

Les Suds
Arles
du 14 au 20 juillet
04 90 96 06 27
www.suds-arles.com

Photo : Mahotella Queens © X D R