Journal Zibeline - bannière pub

Le festival Travellings au Vieux Port et aux Aygalades, du 26 au 30 septembre

Sonder le pouls de l’espace public

• 26 septembre 2018⇒30 septembre 2018, 26 septembre 2018⇒30 septembre 2018 •
Le festival Travellings au Vieux Port et aux Aygalades, du 26 au 30 septembre - Zibeline

Travellings présente chaque année, à Marseille, des projets d’arts vivants et visuels soutenus par la plateforme européenne In Situ, pilotée par Lieux Publics

Cette 5e édition se sous-titre « à la recherche de l’espace public » car, précisément, soumis à de drastiques règles de sécurité, l’art a de plus en plus de mal à pénétrer la ville. « Ça se complique ! », annonce Pierre Sauvageot, directeur de Lieux Publics. « Notre force jusqu’à présent était de nous adapter aux projets des artistes, en obtenant sur un coup de fil les endroits où ils rêvent de jouer. Aujourd’hui ce n’est plus possible ». Il a donc fallu ruser pour détourner les contraintes. Ainsi en est-il pour la sculpture de pierres monumentales du Néerlandais Nick Steur : posée au cœur du Vieux Port pour y jouer avec les reflets de l’Ombrière, l’installation vivante se verra enserrée de barrières de sécurité. « Un effet scénographique inattendu ! » s’amuse Pierre Sauvageot. Agrémentée de transats, l’installation deviendra un salon dans l’espace public, invitant au dialogue avec l’artiste en train de performer (A Piece of 2, Balancing Human Sized Rocks, du 26 au 30 septembre de 13h à 19h, Ombrière). Sur la Place Charles de Gaulle, c’est le cochon tirelire géant du Britannique Seth Honnor qui appellera aux dons, afin de constituer un véritable « fonds communautaire », dont l’allocation sera décidée collectivement. En partenariat avec Radio Grenouille, l’aventure sera commentée en direct via le Pigzine, magazine collaboratif (pigzine.com).

Pour tâter le pouls de l’espace urbain, l’Italien Marco Barotti posera ses piverts d’acier dans des endroits stratégiques, matérialisant d’un coup de bec les ondes électromagnétiques restant invisibles à l’œil nu (The Woodpeckers, lieux différents à découvrir chaque jour de 15h à 19h entre le Bas Canebière et le métro Vieux-Port). Sur la Place Charles de Gaulle, le Tchèque Richard Wiesner interroge quant à lui la notion d’identité européenne, en exposant sur pupitres la traduction des hymnes des 28 états membres dont la teneur belliqueuse entre souvent en contradiction avec une volonté affichée d’unité et de cohésion (Twenty-eight, de 10h à 19h). Le public sera aussi invité à une expérience de théâtre immersif avec la Cie Tandaim : 10 propositions différentes -dans trois cabanes de bois, pour un tête-à-tête avec un comédien-, comme autant « de haïkus à picorer chaque jour », selon la metteuse en scène Alexandra Tobelaim (In-Two, de 14h30 à 16h et de 17h à 19h, au Cours d’Estienne d’Orves). Le long du quai Marcel Pagnol, c’est le comédien haïtien Vladimir Delva qui emmènera le public sur les pas de Sainte-Dérivée des trottoirs, figure féminine drapée dans sa robe de déchets, évoquant la prostitution comme le mysticisme (du 26 au 28 septembre à 19h45). Enfin, le festival se clôt par une journée dans le 15e arrondissement avec le collectif marseillais Micro Focus qui proposera une déambulation magique dans les méandres de la Cité des arts de la rue, jouant sur des distorsions de la réalité (EkivokE à 17h). À 20h, le Collectif Protocole présentera dans la cité voisine des Aygalades le résultat de trois jours d’immersion dans le quartier, pour une restitution jonglée avec des participants locaux. Un nouveau module de sa création évolutive Monument, qui se décline notamment depuis deux ans sur le territoire de Plaine Commune (93).

JULIE BORDENAVE
Septembre 2018

Travellings
26 au 30 septembre
Quartier du Vieux-Port, Les Aygalades, Marseille
04 91 03 81 28 lieuxpublics.com

Photo : Vladimir Delva en Sainte Dérivée des trottoirs -c- Augustin Le Gall