Avant-première du film "Rue Mandar" d’Idit Cébula au cinéma Le Prado

Sept jours de réflexionVu par Zibeline

Avant-première du film

Entre la rue Montorgueil et la rue Montmartre, la rue Mandar (75002). Là, un appartement dont l’étroitesse se souligne en plans serrés et que la mort de la mère déjà veuve, rend vacant. 56 m2 bientôt vidés puis vendus par ses enfants (ô coïncidence !) au fils des premiers propriétaires. Rue Mandar, pour que la vie soit douce est le deuxième long-métrage d’Idit Cébula, comédienne-réalisatrice d’origine polonaise qui a vécu dans ce logement-atelier où on parlait yiddish.

Tout y commence, tout y finit, tout y recommence. Une boucle qui structure de bout en bout le scénario de ce film autobiographique qu’elle a voulu funambule entre rire et larmes. Retour à l’enfance, retour aux origines, retour sur soi.

Après l’enterrement burlesque de leur mère, la fratrie Hajdenretik, quadras-quinquas trimbalant tous leur névrose familiale, se retrouve réunie, exacerbant différences et différends durant les sept jours du deuil rituel préconisé par la tradition juive. L’aîné, Charles (Richard Berry) qui se voudrait le mâle référent, submergé par sa femme et ses sœurs, Rosemonde (Emmanuelle Devos) la psy foldingue spasmophile et hystérique, Emma (Sandrine Kiberlain) la frondeuse revenue d’Israël où elle a choisi de vivre parce que comme Idit Cébula «Elle s’y sent dans les bonnes chaussures».

Un casting de choix, quelques jolies scènes, une comédie qui débute par une mise à distance de la mort maternelle et s’achève par la deuxième naissance des personnages dans la réconciliation fraternelle. Un deuil qui se transforme en joie. Pourquoi pas ?

ELISE PADOVANI

Janvier 2013

 

Le film a été projeté au cinéma Le Prado en avant-première publique le 19 janvier en présence de la réalisatrice. Sortie nationale le 23 janvier.

Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/