La 4e Biennale des écritures du réel, du 17 mars au 13 avril à Marseille, Aix, Cavaillon et Avignon

Scènes ouvertes sur l’état du monde

La 4e Biennale des écritures du réel, du 17 mars au 13 avril à Marseille, Aix, Cavaillon et Avignon - Zibeline

Le credo du Théâtre La Cité se fait entendre d’une Biennale des écritures du réel à l’autre depuis 2012 : « mettre en relation et en résonance des trajets de vie » à travers l’écriture textuelle ou scénique, et œuvrer à l’échange, à la parole et à la pratique en partage. Forte de ses multiples partenaires, la biennale étend son territoire de Marseille à Aix-en-Provence, d’Avignon à Cavaillon, et capte de plus en plus de spectateurs désireux « d’explorer ce très ancien dialogue entre poésie et politique ». Cette quatrième édition, comme toutes les précédentes, est une invitation à « voir le monde avec les yeux des autres », ceux des artistes, des chercheurs et des philosophes conviés au banquet. Elle est dédiée à l’association SOS Méditerranée afin de soutenir ses actions. Les rendez-vous se structurent autour de cinq thématiques qui font se croiser les formes d’expressions artistiques (spectacle, happening, projection, exposition, performance, lecture) avec les rencontres et conférences philosophiques et psychanalytiques. Une manière de faire interagir une grande diversité de paroles citoyennes…

Après l’ouverture publique par la Compagnie Opus, Frédérique Lecomte et Tania Alice, « Continent jeunesse » sera l’occasion d’entendre les retours d’expériences d’adolescents de Marseille ; « Auteurs face au réel, Dans le vif du sujet » questionnera la radicalisation et la rupture affective et sociale ; « Europe quel théâtre » interrogera la construction d’un projet d’avenir commun et « L’expérience Gatti » rendra hommage au poète et à l’homme de théâtre. Parmi les mille et une écritures du réel déployées, nombreux sont les projets participatifs : le film Sécurité de Natacha Samuel tourné l’été dernier au lycée Ampère à Marseille ; les créations théâtrales de Karine Fourcy, D’ailleurs jouée par une troupe constituée de jeunes Marseillais et de jeunes arrivants et Barbare isthme écrit avec des élèves nouveaux arrivants du collège Henri Wallon ; le workshop danse Seuls et ensembles ! de Bouziane Bouteldja et Naïs Haidar, fruit d’une rencontre avec de jeunes danseurs des quartiers nord ; la table-ronde et projection Ce qu’ils en disent avec le sociologue Adil Jazouli et les artistes et adolescents ayant traversé les créations partagées du programme Continent jeunesse. Les créations ne font pas exception avec J’appelle mes frères de Jonas Hassen Khemiri mis en scène par Noémie Rosenblatt axée sur la place de l’étranger dans les sociétés occidentales, Pourquoi M. Seguin a-t-il emprisonné sa chèvre ? dont la représentation sera suivie d’une rencontre avec le psychanalyste Hervé Gastanet et l’auteure-metteure en scène Julie Villeneuve, ou encore la performance La découverte de l’Amazone par les Turcs enchantés de Leandro Nerefuh. Sans oublier les récits collectifs à voix hautes, les performances poétiques, un plateau radio live et une marche aux abords du GR2013 pour partager Un bon moment avec la Gare franche, le bureau des guides du GR2013 et Hôtel du Nord.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Février 2018

Biennale des écritures du réel # 4
17 mars au 13 avril
Divers lieux, Marseille, Aix, Cavaillon, Avignon

Photo : Barbare Isthme, mes Karine Fourcy © Sigrun Sauerzapfe


Théâtre de la Cité
54, rue Edmond Rostand
13006 Marseille
04 91 53 95 61
http://www.maisondetheatre.com/