Le programme du Mucem pour le mois de mars

Sage ou fou, le mois de mars ?

• 2 février 2019⇒22 février 2019, 2 février 2019⇒22 février 2019 •
Le programme du Mucem pour le mois de mars - Zibeline

L’exposition centrée sur Mohammed Kacimi se termine le 3 mars, celle sur Georges Henri Rivière s’achève le 4 mars, de même que l’Abécédaire Les animaux de A à Z. Les six heures vidéo de On danse ?  sont en place quant à elles jusqu’au 20 mai, avec la programmation qui leur est associée, en particulier les visites-ateliers en famille, et la Salle de chauffe conçue par le chorégraphe Boris Charmatz pour se mettre en jambes. Afin de préparer la suite des expositions, l’Institut Méditerranéen des Métiers du Patrimoine invite les 4 et 5 mars à participer à son séminaire sur l’alimentation en Méditerranée (sur réservation : i2mp@mucem.org). Un processus de recherche qui aboutira à une nouvelle présentation des espaces semi-permanents du musée. Historiens, ethnologues et archéologues détailleront notamment la circulation des produits et des usages culinaires.

Temps forts et conférences

Décidément le « mois des fous » sera studieux ! Le 5 mars au Centre de conservation et de ressources (rue Clovis Hugues, Belle de Mai), le directeur scientifique du Mucem Zeev Gourarier donnera une conférence sur le goût populaire pour la magie, en suivant l’inspiration anthropologique de Philippe Descola, au-delà du rapport figé entre nature et culture. Le 8 mars verra le lancement de MonuMed, un séminaire qui questionne la tendance contemporaine à la « monumentalisation » de l’espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée. La réflexion commencera par un hors-les murs au Frac Paca, autour du travail de l’artiste Stefanos Tsivopoulos sur l’espace public en tant que territoire politisé, et de la commissaire d’exposition Suzana Milevska, qui s’intéresse au postcolonialisme. Deux autres sessions se dérouleront les 29 mars et 26 avril, nous y reviendrons.

Le 11 mars, dans le cadre du cycle Une autre façon de raconter… la geste technique, le Mucem se délocalise à la Vieille Charité, pour le séminaire « Fait » maison, portant sur les savoirs constructifs et leur mise en récit face à la crise écologique et au réchauffement climatique. On suivra notamment avec intérêt l’intervention Maisons et typhons, par Maëlle Calandra (du Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement de Moorea en Polynésie).

Dans le forum du Mucem et l’auditorium Germaine Tillion, le public pourra se pencher lors de tables rondes sur  les relations entre la France et l’Algérie, pour la 3e édition du temps fort Algérie-France, la voix des objets. La première, De Dunkerque à Tamanrasset, l’orientalisme et ses héritages, portera sur la domination symbolique véhiculée par ce courant artistique (7 mars, avec Nadira Laggoune, Christine Peltre, Anissa Bouayed et Cheikh Sidi Bemol). Lors de la deuxième, Alger 2035 (11 mars, avec Halim Faïdi, François Dumasy et Nabil Djedouani), on se demandera ce qu’il advient de l’urbanisme à l’occidentale mis en place par le pouvoir colonial. La troisième, intitulée D’ailleurs je suis d’ici. Penser l’algérianité aujourd’hui (14 mars), sera menée par l’artiste marseillaise Dalila Mahdjoub, laquelle a travaillé avec une classe de collégiens sur leurs histoires familiales.

Un rappel enfin : les 8, 15 et 22 mars, le Mucem consacre un cycle « cinéma, musique et tapas » à Pedro Almodóvar.

GAËLLE CLOAREC
Février 2019

Mucem, Marseille

Photo : Zeev Gourarier -c- Mucem


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org