Cette année, les Rencontres cinématographiques de Salon se dérouleront à l'automne

Retrouvailles à Salon

• 24 septembre 2021⇒3 octobre 2021 •
Cette année, les Rencontres cinématographiques de Salon se dérouleront à l'automne  - Zibeline

Reportées à l’automne, les Rencontres Cinématographiques de Salon proposent comme toujours une programmation qui buissonne et foisonne !

144 projections, 57 longs-métrages dont 21 premiers films, 9 inédits, 5 avant-premières, une séance de courts, des partenariats multiples, des plages dédiées aux jeunes de la maternelle à l’École de l’air, un vagabondage dans 39 pays pour un tour du monde en 10 jours, d’ouest en est, du nord au sud : pour ses retrouvailles avec le public, cette édition s’annonce aussi foisonnante et généreuse que par le passé ! Diverse et exigeante aussi, à l’image de sa marraine, Marilyne Canto, actrice remarquée aussi bien dans les films d’auteurs que dans les séries télévisées, scénariste et réalisatrice saluée par la critique. Pas de rencontres sans invités : le premier weekend accueillera quatre jeunes cinéastes. En ouverture, Ludovic et Zoran Boukherma pour Teddy une « comédie horrifique », label Cannes 2020. Charlène Favier pour le puissant Slalom multi récompensé et Ismael El Iraki pour son Zanka Contact, un Casablanca sans Bogart, électrique et musical.

Zoom sur les Amériques : des neiges canadiennes de Kuessipan de Myriam Verreault, et du courant d’Une Rivière sans repos de Madeline Ivalu et Marie Hélène Cousineau, entraînant dans son lit émotions et destin d’une Inuk jusqu’ aux contrées américano-latines : Pérou, Guatemala, Venezuela. Le Brésil en trois films dont À nos enfants de Maria de Medeiros. Le Chili de La Veronica, le premier opus, brillantissime et glaçant de Leonardo Medel.

Le documentaire, mis à l’honneur, permettra de découvrir, entre autres, l’enfer de l’inceste des filles en Afghanistan où les pères s’arrogent tous les droits (A Thousand girls like me, Sahra Mani) ou la belle résistance à la censure de quatre amoureux de cinéma et de liberté au Soudan (Talking About Trees, Suhaib Gasmelbari.

Les fictions venues « d’ailleurs » mêleront d’autres regards et d’autres formes. À côté des drames sur fond de malaise social comme Sole de Carlo Sironi ou Il était une fois dans l’est de Larissa Sadilova, des portraits de « femmes puissantes » comme la jeune protagoniste de Dieu existe, son nom est Pétrunya, de Teona Strugar Mitevska. De ces « cris d’amour, d’alerte ou de révolte », comme l’indique l’équipe de programmation, la comédie, qui en dit aussi long sur l’état d’un pays, sera bien représentée. Ainsi Jusqu’à la fin des temps de la réalisatrice algérienne Yasmine Chouikh ou Ali la chèvre et Ibrahim de l’Égyptien Shérif el Bendary. L’animation rayonnera avec l’admirable fresque historique Josep dAurel, l’amitié entre un artiste fuyant Franco et un gendarme français aux ordres de Pétain. Le polar nous conduira en Corée du Sud (Lucky Strike, Kim Yong Hoon). En Islande (A White white Day, Hlynur Palmason). En Iran auquel Salon décerne un coup de cœur : ne pas rater le thriller de Saeed Roustayi, La Loi de Téhéran -drogue, corruption et peine de mort au pays des Mollahs. Un marathon-cinéma devenu un Incontournable de la Ville de Salon.

ÉLISE PADOVANI
Septembre 2021

Rencontres Cinématographiques de Salon-de-Provence
24 septembre au 3 octobre
Cinéplanet, Salon-de-Provence
rencontres-cinesalon.org

Les Rencontres Cinématographiques
Maison de la Vie Associative
55 rue André Marie Ampère
13300 Salon de Provence
04 90 17 44 97
www.rencontres-cinesalon.org