Le mois de novembre à La Passerelle, scène nationale de Gap, sera sur Facebook et à la radio

Réinventer le virtuel

• 16 novembre 2020⇒24 novembre 2020 •
Le mois de novembre à La Passerelle, scène nationale de Gap, sera sur Facebook et à la radio - Zibeline

Les théâtres sont fermés, celui de La Passerelle de Gap ne fait pas exception à la règle, avec la cohorte des deuils des spectacles programmés. Les artistes concernés par les annulations ont alors été sollicités pour « inventer des rendez-vous virtuels en sons et en images » par l’équipe du théâtre, afin de partager quand même, aux horaires des représentations publiques initialement prévues, quelque chose des spectacles qui auraient dû être. Un temps « humain et artistique » est offert, dans les conditions du direct depuis le plateau du théâtre, grâce à des extraits, des lectures, des propos, des interprétations de fragments, le tout placé sous le signe du titre générique Intimités artistiques, et diffusé sur la page Facebook du théâtre (accessible même si l’on ne dispose pas de cette application) et sur les radios partenaires, Fréquence Mistral, la RAM 05 et RCF. Ensuite, les podcasts seront consultables sur le site du théâtre (theatre-la-passerelle.eu/Intimites-artistiques).

Les 16 et 17 novembre seront consacrés à La Débordante Cie, qui, sous la plume et dans la mise en scène d’Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi, propose deux émissions radiophoniques mêlant extraits des spectacles Ce qui m’est dû et Perikoptô, interviews et discussions à la table. La question, ô combien de circonstances, « comment en sommes-nous arrivés là ? » soulignera les précarités d’un monde « au bord de la rupture sociale et écologique » (theatre-la-passerelle.eu/Perikopto).

Le 20 novembre, le spectacle pour enfants La Langue des oiseaux, de Lucie Grunstein dans une mise en scène de Roman Jean-Elie (Prémisses Production) deviendra une pièce sonore. Un personnage, seul en scène, Petite, se perd dans la forêt, la nuit, en plus… les peurs viennent alors à sa rencontre, terrifiantes, certes, mais aiguisant la puissance d’imagination. La peur nécessaire à la création ? Il n’y a qu’un pas ! (theatre-la-passerelle.eu/La-Langue-des-oiseaux)

Le 24 novembre enfin, la Cie Nova (Alice Carré et Margaux Eskenazi) s’attachera à une réflexion sur « les mémoires intimes, familiales et officielles de la guerre d’indépendance algérienne » en un somptueux tableau antithétique, Et le cœur fume encore, rassemblant réflexions d’artistes et de chercheurs, extraits de documentaires, de lectures… (theatre-la-passerelle.eu/Et-le-cœur-fume-encore).

L’art toujours essentiel pour nous aider à réfléchir, analyser, comprendre et poétiser le monde…

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2020

16 au 24 novembre

Photographie : Perikoptô © Cantat

Théâtre La Passerelle
137 boulevard Georges Pompidou
05000 Gap
04 92 52 52 52
http://www.theatre-la-passerelle.eu/