Rencontres du cinéma Sud-Américain du 28 mars au 5 avril au théâtre Gyptis et à la Friche à Marseille

Réalité des rêves

• 28 mars 2014⇒5 avril 2014 •
Rencontres du cinéma Sud-Américain du 28 mars au 5 avril au théâtre Gyptis et à la Friche à Marseille - Zibeline

Les 16e Rencontres du cinéma Sud-Américain seront les premières sans Hernan Harispe, décédé en octobre 2013. Elles s’installent du 28 mars au 5 avril au théâtre Gyptis reconverti en «pôle audiovisuel». Seule la journée de clôture se déroulera à la Friche de la Belle de mai, dans la salle de la Cartonnerie. Au menu : remise du Colibri d’or, projection du documentaire hors compétition de Rodriguo H. Vila, sur la grande chanteuse argentine Mercedes Sosa, danse contemporaine avec Silvina Cortès, milongas, chaceras, zambas du Cuarteto Tafi, cumbia péruvienne des Cumbia All Stars et tango éternel…
Pour découvrir la réalité et les rêves latino-américains, le festival marseillais, qui s’exportera jusqu’à fin avril dans 12 villes de PACA, a programmé 25 films, la plupart inédits en France. En lice, 10 longs, 11 courts de tous genres. Comédie amère sur les faux-semblants avec le film d’ouverture, le 28 mars à 19h, La película d’Ana du Cubain Daniel Díaz Torres, où une actrice sans le sou se prétend prostituée pour devenir sujet d’un documentaire. Drame historique vénézuélien sur l’esclavage avec Azú de Luis Alberto Lamata. Documentaire chilien sur le premier grand mouvement revendicatif après la chute de Pinochet avec El vals de los inútiles d’Edison Cajas. Road movie uruguayen de trois hommes en évolution dans le Rincón de Darwin de Diego Fernández Pujol. Fable fantastique sur l’illusion du bonheur avec La Corporación de Fabián Forte. Drame de la noirceur des sentiments avec O lobo atras da porta de Fernando Coimbra. Cinéma engagé proposant un regard lucide mais bienveillant sur un monde à changer, on retrouvera les thèmes de l’immigration (El gran rio de Rubén Plataneo), de la délinquance (De menor de Caru alves de Souza), de l’auto-justice (Matar a un hombre d’Alejandro Fernández Almendras) et de la misère sociale (No robarás de Viviana Cordero).
À ne pas rater, le documentaire hors compétition de Betse de Paula, sur le grand photographe brésilien Salgado et le court métrage La Cumbre du mexicain Jorge Fons Perez, proposé par le FID pour sa carte blanche. Dans une programmation très masculine, l’invitée d’honneur est une femme : l’équatorienne Tania Hermida qui donnera une leçon de cinéma le 2 avril à 18h30 et dont on pourra voir à 20h30 En el nombre de la hija, initiation d’une fillette affrontant les valeurs réactionnaires de ses grands-parents, et Qué tan lejos, imaginant la rencontre d’Esperanza et de Tristeza entre les Andes et la mer. En filigrane, la figure de Julio Cortázar que La Marelle célèbre par ailleurs pour le centenaire de sa naissance.
Les rencontres 2014 veulent rêver le réel et croire à la réalité des rêves.

ELISE PADOVANI
Mars 2014

Rencontres du cinéma Sud-Américain/Rêves du réel
du 28 mars au 5 avril
Théâtre Gyptis, Marseille
04 91 48 78 51
Programmation complète sur www.aspas-marseille.org

Photo : Qué tan lejos de Tania Hermida © Medula Films

 


Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille
04 95 04 95 95
www.lafriche.org


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/