Créations afro queer à voir le 24 novembre au Vidéodrome 2

Réalisatrices, féministes, Noires et LGBT

• 24 novembre 2019 •
Créations afro queer à voir le 24 novembre au Vidéodrome 2 - Zibeline

Le collectif marseillais Idem propose une soirée de projection en soutien à deux créations afro queer : la websérie ExtraNostro et le documentaire P!nkshasa Diaspora.

Réalisatrice et productrice afroféministe basée en Belgique, Kis Keya s’est fait connaître par des créations militantes, spectacles et moyen-métrages. Avec ExtraNostro, cette artiste d’origine haïtienne et congolaise signe la première série afro queer francophone. « Je voulais travailler sur le problème de l’homophobie au sein des familles africaines ou noires plus généralement. J’ai donc écrit une base de long-métrage mais je me suis dit que le média de la websérie était intéressant, parce que il est plus facile de le rendre international, de le diffuser plus largement, de le faire voir à beaucoup de gens », explique-t-elle. Autre mission : donner une visibilité aux personnes noires LGBT+, sous-représentées si ce n’est absentes des programmes, particulièrement dans les œuvres de fiction. « J’espère, avec cette série, permettre à des jeunes, ici en Europe et en Afrique, d’enfin se voir à l’écran. De ne plus se croire seuls ou malades. Et si possible de faire comprendre à certaines familles que leurs enfants, frères, sœurs sont “normaux” », poursuit-elle.

Un ton plutôt léger

Lancée à l’aide d’un crowdfunding, la série compte actuellement cinq épisodes et met en scène des personnages représentant la diversité d’origine, de genre et d’orientation sexuelle. Principal protagoniste, Bibiche, jeune Africain qui travaille dans une agence de voyage gay-friendly. Sous le charme d’un nouveau collègue prénommé Alex, il se lance le défi de le conquérir. La supposée hétérosexualité de ce dernier vacillera-t-elle ? L’art comme outil de lutte contre les LGBTphobies mais sur un ton plutôt léger et humoristique. « Toutes les façons de traiter la question des discriminations sont importantes et se complètent. On a tous besoin de se voir à l’écran, de s’identifier », affirme la réalisatrice.

La deuxième projection sera l’occasion de présenter le projet P!nkshasa Diaspora, en cours de réalisation et considéré comme le premier documentaire qui ambitionne de donner la parole aux LGBT de la diaspora congolaise. Également réalisé par une femme, Joëlle Sambi Nzeba, au parcours inversé par rapport à celui de Kis Keya puisqu’elle est née à Bruxelles et a grandi à Kinshasa, ville de ses premières amours lesbiens, selon ses propres mots. De retour dans la capitale belge en 2001 pour suivre des études de journalisme, elle est l’auteure de nouvelles et romans primés. « Je me définis comme lesbienne noire, militante afroféministe, écrivaine, poétesse et slameuse », précise-t-elle. Et son travail d’interroger l’identité, la norme, l’appartenance ou encore le plurilinguisme.

P!nkshasa Diaspora est un regard personnel sur les vécus des minorités sexuelles et de genre quasi-invisibles, qui font communauté entre la Belgique, la France et le Congo-Kinshasa. Comment vit-on son homosexualité dans un pays qui n’est pas le sien et en quoi cela influence-t-il ses engagements amoureux, sociaux ou politiques ?

Identités universelles ?

« Ma démarche consiste à remettre en question l’idée selon laquelle les communautés homosexuelles d’Europe, en particulier à Bruxelles et à Paris, partageraient un point de vue universel sur l’identité LGBTQI. Je pense que la réalité est plus complexe. Aujourd’hui, beaucoup d’homosexuels européens sont des enfants de la diaspora. Et de ce fait, nos préoccupations, nos affirmations, réflexions, doutes, engagements en sont imprégnés, et sont à comprendre depuis nos histoires, nos cultures, nos trajectoires », estime l’artiste qui sera présente à la projection-performance puisque ponctuée de deux lectures sous forme de slam.

LUDOVIC TOMAS
Novembre 2019

24 novembre, 20 h
Videodrome 2, Marseille
collectif-idem.org / videodrome2.fr

Photo : P!nkshasa Diaspora, de Joëlle Sambi c Natacha Hubaut


Vidéodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille
04 91 42 75 41
http://videodrome2.fr/