Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

3e édition de L’Autre-bord

Re-voir l’Afrique

Vérifier les jours off sur la période
3e édition de L’Autre-bord - Zibeline

La 3e édition de L’Autre-bord se consacre au continent africain et au traitement de la dimension de la mémoire pour finalement reconsidérer nos regards

Le sous-titre, Mouvement aléatoire des cartes, pourrait laisser croire à un jeu de hasard, à une géographie magique. Le problème est pourtant bien réel. Dans son processus historique de transformation le continent africain emporte avec lui la disparition progressive de ses repères traditionnels et des modes de transmission des savoirs, notamment liés à l’oralité.

Commissaire invitée par Jean-Baptiste Audat, lui aussi un familier de l’Afrique, Cécile Bourne-Farrell annonce qu’«il ne  s’agit pas seulement de travailler à partir de traces de papier ou d’images, de témoignages oraux, d’extraits de journaux ou de Youtube, mais de procéder à la réactivation de tout ce qui sera propice à la narration et à l’imagination, tout en maintenant une mise à distance avec l’actualité».

Mohssin Harraki réinscrit la généalogie de la famille royale du Maroc, lignée alaouite depuis 1666 dont les femmes sont totalement absentes. La vénération dont le roi fait traditionnellement l’objet oblige ses sujets à baisser le regard : l’artiste l’inscrira donc au sol de la galerie selon des tracés éphémères sous la foulée et la confusion de nos pieds.

Plus traditionnel Achraf Touloub confronte sa pratique du dessin à la miniature persane tandis que dans Technique mixte II, Farah Khelil propose un traitement visuel halluciné sur la base d’occurrences numériques en suivant l’actualité de la révolution tunisienne. En convoquant différents médiums, photographie (Otobong Nkanga, Andrea Sultiens), vidéo (Catherine Poncin, Katia Kameli, Grace Ndiritu), néon (James Webb), dispositif sonore mobile (Karim Rafi) ou encore des carnets d’artistes, cette sélection ouvre sur la variété des modes opératoires adoptés. À partir de quelles traces s’élaborent les formes esthétiques actuelles ? Quelles histoires réécrire ? Quelles mémoires peuvent se réinventer ? Selon quelles procédures ? On pourra approfondir ces questions lors de la visite commentée avec la commissaire le 30 janv à 18h.

CLAUDE LORIN

Décembre 2012

 

Shuffling cards

jusqu’au 30 janv

art-cade

04 91 47 87 92

www.art-cade.org

 

Carnets d’artistes en ligne selon le projet collaboratif de la fondation Lettera27 www.atwork27.org